UNE SÉCURITÉ BAFOUÉE PAR SIMPLE MESURE COMPTABLE

 

L’UFAP-UNSa Justice dénonce les nuits effectuées à 3 agents de plus en plus nombreuses au sein de notre établissement.

Le Directeur Interrégional a été interpellé à ce sujet, mais il préfère ne pas s’ingérer dans le fonctionnement de notre établissement, laissant à notre Commandant les « coudés franches » sur la gestion des ressources humaines.

Cependant, il y a quelques mois, celui-ci affirmait  que les nuits devaient être effectuées à 4 agents. Les personnels de la MA VANNES apprécieront le peu d’intérêt porté par nos dirigeants sur la sécurité de leurs agents.

En France, sauf à ce que l’on nous ait caché la vérité, le plan VIGIPIRATE est non seulement activé, mais sous la couleur ECARLATE, soit le plus haute degrés de vigilance ; Mais peu importe, pour la MA VANNES, une seule chose compte plus que tout, passant avant même la sécurité des agents….

FAIRE CHUTER LES HEURES SUPPLEMENTAIRES !!!!!!

 Il est vrai qu’avec nos 20 heures supplémentaires en moyenne pas mois et par agent, nous allons mettre la trésorerie de la DISP de RENNES en grande difficulté !

 L’UFAP-UNSa Justice rappelle solennellement au Chef d’établissement de la MA VANNES que l’on ne peut sacrifier, au seul prétexte d’économie financière, la sécurité de ses personnels.

Si vous avez réussi à berner le Directeur Interrégional, il n’en sera pas de même pour les agents de VANNES qui connaissent parfaitement, parce qu’ils la vivent, la situation en matière d’effectif et la solution à apporter pour être à 4 agents de nuit.

Faire plaisir à la DI est une chose mais assurer la sécurité de ces personnels doit passer avant tout.

Surtout, qu’il n’y ait pas d’incident et que cette situation ne s’installe pas dans le temps sinon, l’UFAP-UNSa Justice saura prendre ses responsabilités.

Le secrétaire Local

Le  18 novembre 2016

Syndicat Local

de la Maison d’Arrêt

de VANNES 

Related posts