AITON : CHRONIQUE D’UNE MUTINERIE ANNONCÉE – LE SPECTRE DE 1974 PLANE AU-DESSUS DE NOS PRISONS !!!

La France pénitentiaire connaît depuis quelque temps une vague de mutineries.

L’UFAP UNSa Justice ne cesse de dénoncer le laxisme ambiant dans les geôles de notre pays, mais rien n’y fait.

Mais il est vrai que pour ces têtes pensantes, les revendications des Personnels, donc des syndicats, sont fatalement usurpées.

Et pourtant, la sécurité au sein de nos établissements est à la dérive : perte d’autorité des Personnels, violences, exactions, prises d’otages, tentatives de meurtre et autres projets douteux se multiplient au point que l’anarchie menace.

Il est grand temps que ces technocrates redescendent sur terre et regardent la réalité en face.

A vouloir tout donner à la population pénale, force est de constater, aujourd’hui, que pour des futilités, ces voyous mettent en danger la vie des Personnels et détériorent les structures. Si rien n’est fait, ces dégâts avoisineront des millions d’euros et renverront aux calendres grecques le plan ambitieux du Garde des Sceaux.

Ceci dit, il est plus qu’urgent de prendre le taureau par les cornes !!! Et que chacun assume ses responsabilités…Après il sera trop tard.

Nos collègues du centre pénitentiaire d’Aiton ont donc encore vécu un mouvement de révolte. Le deuxième en un mois et ce n’est pas faute d’avoir prévenu que cet établissement devenait une poudrière. Mais là encore rien n’a été entrepris de la part de l’administration.

Les mutins ont saccagé une cinquantaine de cellules, déclenché un incendie dans une salle d’activité avec des matelas.

Là encore un surveillant a évité la prise d’otage grâce à la rapidité d’intervention de ses collègues.

L’UFAP UNSa Justice exige une reprise en main urgente des détentions.

L’UFAP UNSa Justice dénonce de nouveau le laxisme ambiant des établissements.

L’UFAP UNSa Justice apporte son soutien inconditionnel aux personnels de Aiton et aux ERIS et les félicite pour leur courage, leur professionnalisme et leur sens du devoir.

Si le rétablissement de la discipline n’intervient pas rapidement et si des décisions urgentes sur le plan sécuritaire ne sont pas entreprises alors les prisons s’enflammeront.

Paris le, 17 octobre 2016

Pour l’UFAP UNSa Justice

Le Secrétaire Général

Jean-François FORGET.

171016-aiton-chronique-dune-mutinerie-annoncee

 

 

Related posts