ATTEINTE À L’ACTION SYNDICALE : Sanctionné sans avoir commis la moindre faute professionnelle !…

Dans un contexte hors norme en termes d’insécurité, de violence sur fond de terrorisme au sein des établissements pénitentiaires surpeuplés avec une voyoucratie toujours plus vindicative et des effectifs en Personnels de tous corps et grades confondus en grande souffrance, la DAP et ses chefs d’établissements « zélés » tentent de bâillonner les Organisations Syndicales et par là-même, les Personnels !… Ne nous y trompons pas !…

Depuis le mois de juin, l’administration pénitentiaire se permet à nouveau de porter atteinte au droit syndical en organisant un matraquage sur les octrois d’autorisations d’absence pour raison syndicale.

Mais cela ne suffit pas, puisqu’elle entrave aussi les moyens d’action des représentants du Personnel, notamment en portant directement la charge sur des militants investis, comme c’est le cas sur l’un des nôtres, en la personne de Thierry CORDELETTE, Secrétaire Général de l’Union Régionale UFAP UNSa Justice de Dijon !…

Notre camarade s’est vu convoqué dans un premier temps au siège de l’administration pénitentiaire en fin d’année 2014, sous couvert des services de l’inspection avec pour but de passer au crible son militantisme syndical !…  Près de 20 mois après, il est traduit devant le conseil de discipline !…

Un conseil de discipline, digne d’un simulacre grotesque où de toute évidence, la seule volonté de l’administration était de sanctionner un syndicaliste, malgré l’absence de faute professionnelle !…

Et pourtant !… Tous les points reprochés ont été démontés par la défense, apportant les éléments et attestant son argumentation. L’administration étant même contrainte de les reconnaitre !…

Mais cela n’y fera rien, puisqu’il était déjà décidé à la demande d’une directrice, partie sous d’autres cieux depuis plusieurs semaines, que notre camarade soit sanctionné le plus lourdement possible !…

Aussi, conformément aux recommandations de l’inspection, notre camarade s’est vu infligé un déplacement d’office, sans qu’aucune faute professionnelle ne lui soit reprochée !…

Extraordinaire !…

Les tentatives d’intimidation des pontes de l’administration visant à faire taire les représentants syndicaux que nous sommes, ne nous feront pas trembler !… Elles n’arriveront pas à nous museler !…

Ne leur en déplaise, nous sommes encore au sein d’une démocratie ou la liberté d’expression est un droit !… Et pour que nous syndicalistes, un devoir !…

Quand bien même nous soyons sous statut spécial, sans avoir le droit de grève comme tout citoyen ordinaire, ils n’empêcheront jamais les militants « Ufapiens » à Dijon comme ailleurs, de battre le fer, de défendre avec conviction et détermination les intérêts des Personnels !…

Notre Camarade fait partie de cette race de militants qui sert notre action syndicale avec dignité, loyauté et respect à l’égard de celles et ceux que nous représentons !…

Une action indispensable pour s’opposer au rouleau compresseur patronal et légitime afin d’œuvrer pour l’amélioration des conditions de travail et la reconnaissance des Agents. C’est la raison d’être d’un syndicat professionnel représentant les intérêts de salariés !…

Ce droit d’expression si durement acquis, l’administration pénitentiaire ne marchera pas dessus !…

L’actualité démontre que la revendication syndicale entre souvent en conflit avec l’administration en général et la jurisprudence sanctionne ces derniers pour tout acte ou omission constitutif du délit pénal d’entrave à l’exercice du droit syndical. C’est pourquoi, la 1ère Organisation Syndicale mettra tout en œuvre pour aller en contentieux afin de permettre à Thierry d’être lavé de tous reproches et sanctions illégitimes !…

Non, nous n’acceptons pas ces méthodes de « petit chef » !… Si certains s’en accordent pour régler leurs comptes, ils ne méritent pas de représenter les Personnels, car à chaque fois, cela vient affaiblir la parité syndicale et par conséquent la défense des Agents !…

Qu’à cela ne tienne, l’UFAP UNSa Justice dans son ensemble, lui apporte son soutien indéfectible !…

Fiers de la rigueur syndicale qui est la nôtre, nous continuerons d’avancer ensemble. Cette atteinte nous renforce dans nos convictions et dans l’action que nous menons !…

N’oublions pas que « l’exercice du droit syndical est reconnu dans le secteur privé et public dans le respect des droits et libertés garantis par la Constitution de la République, en particulier de la liberté individuelle du travail. »

Contrairement à ceux qui nous dirigent, nous disposons d’une légitimité que les Personnels nous ont donnée par la voie des urnes. Une légitimité qu’ils n’ont pas et qu’ils n’auront jamais !…

La force de notre syndicalisme autonome est constituée de cette légitimité, quel que soit le prix à payer, nous savons et les Personnels aussi, que c’est la seule voie possible pour avoir une action syndicale solide, forte et représentative du terrain !…

Les représentants syndicaux dûment élus exercent dans le cadre de l’accomplissement de leurs missions afin d’exprimer leurs opinions ou présenter des revendications des Personnels auprès de l’administration au détriment de Technocrates empreints d’un autre temps !…

Même si certains optent désormais pour la vengeance masquée contre la 1ère Organisation Syndicale qui dérange, l’UFAP UNSa Justice mettra tout en œuvre pour que ce droit ne soit pas bafoué !…

Aussi, à quelques mois de son prochain Congrès National, l’UFAP UNSa Justice continue de se battre dans le seul intérêt des Personnels et les tentatives d’intimidations resteront vaines !… Au contraire, elles décuplent l’activisme syndical pour la défense des droits et conditions de travail des Personnels que nous avons l’honneur de représenter !

À l’UFAP UNSa Justice notre UNION n’est pas qu’un vain mot !…

A bon entendeur !…

Paris, le 7 novembre 2016

Au nom du Comité directeur de l’UFAP UNSa Justice,

Le Secrétaire Général,

Jean-François FORGET.

071116-atteinte-a-laction-syndicale

Related posts