BOIS D’ARCY FAIT LA UNE DU PARISIEN !

Ce jeudi 16 juin 2016, un journaliste du parisien a comparé les surveillants de la Maison d’arrêt de Bois d’Arcy à des alcooliques violents suite à un incident survenu dans la nuit du 27 au 28 avril 2016 à l’établissement.

L’UFAP UNSa Justice ne peut tolérer de tels propos surtout quand ceux-là s’appuient sur des paroles de « voyous » tous aussi menteurs les uns que les autres (« Les détenus entendus racontent que leurs surveillants ont tendance à boire et à se montrer violents durant certaines nuits »).

L’UFAP UNSa ne pouvait rester sans réagir et a exercé son droit de réponse en envoyant un communiqué au journal Le Parisien :

« Monsieur,

Suite à l’article titré « un surveillant alcoolisé aurait brisé le nez d’un détenu  » paru le 16 juin 2016  dans votre journal, l’UFAP, syndicat pénitentiaire, exerce son droit de réponse.

Nous ne pouvons accepter que de tels propos mensongers remettent en cause le professionnalisme de notre collègue.

Non Monsieur le journaliste, être victime de plusieurs agressions lorsque l’on est surveillant ne dénote pas une tendance à l’agressivité. Les surveillants sont tous les jours insultés, maltraités et agressés par les personnes détenues, tel est leur quotidien, telles sont leurs pénibles conditions de travail. Ils subissent l’agressivité des personnes détenues qui n’a ne cesse d’augmenter avec la surpopulation pénale que connaît la maison d’arrêt de Bois d’Arcy.

Non Monsieur le journaliste, un surveillant ne rend pas visite sans raison à une personne détenue la nuit. Les surveillants veillent toutes les nuits à l’intégrité physique des personnes détenues. Et lorsque le surveillant ne peut réaliser autrement ce contrôle, alors oui lui et ses collègues ouvrent la porte de la cellule, afin de s’assurer que la personne détenue est bien vivante.

Non Monsieur le journaliste, les surveillants ne boivent pas en service de nuit. L’alcool au travail est interdit. Un établissement pénitentiaire n’est pas un moulin à vent, les surveillants doivent passer plusieurs contrôles avant de prendre leur service.

Non Monsieur le journaliste, l’agent n’est pas affecté à des tâches administratives, il a été maintenu à son poste de travail.

Monsieur le journaliste, ne comparez pas les surveillants pénitentiaires à des « voyous ». Par votre article ce n’est pas seulement un surveillant que vous humiliez, c’est à l’ensemble des surveillants pénitentiaires de la maison d’arrêt de Bois d’Arcy que vous manquez de respect. »

L’UFAP-UNSa Justice attend un soutien indéfectible de la part de la Direction de l’établissement et demande à ce que l’agent incriminé soit soutenu et défendu par la protection statutaire jusqu’au bout.

L’UFAPUNSa Justice attend que la Direction de l’établissement soutienne son personnel qui n’en peut plus !

 Pierrick MAUCO

Related posts