CAP spécifique du 22 novembre 2016 Fermeture MC CLAIRVAUX

Mardi au soir, à l’issue de la CAP spécifique à la fermeture de Clairvaux, le syndicat patronal s’est empressé de sortir un torchon sur le dos de notre organisation professionnelle.

Leur nature perfide garde son panache et s’offre en plus la honte de leur comportement !

Oser écrire que l’UFAP UNSa Justice milite depuis le début pour la fermeture de cet établissement est un mensonge scandaleux et indigne à l’égard des Personnels de Clairvaux !

Jamais, nous n’avons pu lire ou entendre une quelconque Organisation Syndicale se faire les gorges chaudes de la fermeture sèche d’un établissement pénitentiaire !…

Par contre, nourrir ce genre de propos médiocres ne sert qu’à nourrir l’intérêt de celles et ceux qui conduisent cette fermeture !

La colère subjacente à cette énième dérive de cette soi-disant organisation syndicale n’est nourrie que par la frustration de son Secrétaire Général pour qui, nous devons fermer les yeux sur toutes les règles déontologiques et respectueuses des garanties, que l’on doit à l’ensemble des Personnels concernant la gestion de la mobilité.

En effet, que cela n’en déplaise à cet individu, dans le respect de tous et en particulier des Collègues de Clairvaux, l’UFAP UNSa Justice a souhaité rappeler en ouverture de cette CAP, les règles établies en toute transparence depuis plusieurs années s’agissant de la fermeture sèche d’un établissement.

Effectivement, nous avons fait savoir qu’il n’était pas concevable de réinventer les règles pour chaque situation, ou tout simplement de marcher dessus au seul motif, que certains auraient tenu des propos contraires, voire pris des engagements et fait des promesses à de nombreux Agents.

Pour les représentants UFAP UNSa Justice, notre devoir est de défendre l’ensemble des Personnels sur leur demande de vœux, tout en veillant au respect des règles qui permettent d’éviter les dérives et « les arrangements entre amis ».

Voilà tout !… Et bien évidemment, pour notre part, nous souhaiterions ne pas avoir de fermeture de cet établissement et par conséquent pas de CAP spécifique à gérer !

Alors, où est le scandale permettant d’insulter et de salir les représentants que nous sommes, quand ceux-ci n’ont qu’une seule volonté : faire valoir les demandes de chacun dans le respect des règles qui permettent d’engager à titre exceptionnel des mutations sans corrompre l’égalité de traitement et le droit permanent à la mobilité pour tous les Agents.

Tout cela décrit expressément que pour l’UFAP UNSa Justice, il est effectivement intolérable que certains s’arrogent le droit de modifier les modalités afin de nourrir leurs engagements individuels qu’ils ont pu prendre auprès d’un tel ou d’un tel !…

Quant à la prolongation de cette CAP, elle est l’unique fait de cette Organisation Syndicale qui joue les prolongations dans un contexte pourtant douloureux pour les Personnels.

Enfin, s’agissant de la connaissance et du respect des textes, une note DAP, en date du 25/10/2016 définit clairement comment la CAP spécifique relative à la fermeture de cet établissement va s’examiner. Pour rappel, cette note explique que, sur un effectif de 144 agents, la CAP prévoit trois dates de départ pour les 64 agents concernés. Cet étalement se fera jusqu’au 8 janvier 2018.

A regard des vœux établis par les Agents et sans corrompre quelques règles que ce soient, la CAP peut muter 64 Agents, dans le respect de tous et conformément à la note citée ci-dessus.

L’UFAP UNSa Justice n’a donc pas à payer pour la méconnaissance et le mensonge de certains qui promettent tout et n’importe quoi. N’en déplaise, nous ne sommes pas de cette trempe !

L’UFAP UNSa Justice respecte l’ensemble des Personnels et pas seulement ses adhérents, que ce soit à Clairvaux ou ailleurs !

Pour une Organisation dite syndicale qui avance que l’UFAP UNSa Justice vend Clairvaux, FO fait une belle démonstration de sa volonté de vider l’établissement de tous les dossiers des Personnels désireux d’une mobilité sur une seule et même CAP !… Chacun appréciera !

Pour finir, ne souhaitant pas nourrir cette volonté de guéguerre syndicale (surtout au regard d’un tel sujet !), mais n’acceptant pas de se faire insulter et injurier, l’UFAP UNSa Justice laissera ses avocats gérer ce contentieux pénal et civil, parce que dans la vie il y a des limites à tout !…

Paris, le 24 novembre 2016.

Pour les élus de CAP UFAP UNSa Justice

Le Secrétaire Général,

Jean-François FORGET

241116-tract-clvx-cap-du-221116

Related posts