CD BAPAUME : COMPORTEMENT HONTEUX ET INDIGNE DE LA PART D’UN DIRECTEUR !

Nous savions déjà que la direction locale n’avait plus à démontrer sa capacité à bafouer les agents de par ses méthodes dictatoriales, et le manque de considération envers son personnel (tous corps confondus). Mais  là, nous atteignons des sommets !

 

INADMISSIBLE, ECOEURANT !

 

Ce sont les premiers mots qui nous viennent à l’esprit et qui résument l’attitude méprisante de notre directeur « TOUT PUISSANT » !

 

Il y a quelques temps, notre capitaine apprend par une note de service ne comportant ni « Monsieur », ni son « Grade », qu’il est repositionné sur un autre bâtiment, certainement pour le punir de ses absences pourtant dûment justifiées.

 

COMMENT PEUT-ON À CE POINT ETRE AUSSI SEVERE À L’EGARD    D’UN PERSONNEL DE COMMANDEMENT ?

PEUT- ETRE PARCE QU’IL EST TROP PROCHE DU « PERSONNEL DE BASE » ?

 

Ce vendredi 3 février, après le rapport matinal des gradés, notre capitaine est une nouvelle fois pris à partie par notre directeur qui passe ses nerfs sur lui, et se met à le malmener et à le bousculer devant témoin.

 

Ce comportement intolérable et condamnable dépasse largement le simple manque de considération…L’UFAP/UNSA Justice  apporte tout son soutien à notre collègue agressé et dénonce une faute impardonnable de la part de notre directeur.

 

Rappelons que l’administration a l’obligation de protéger ses fonctionnaires de tels agissements et que toute forme d’harcèlement ou d’agression est répréhensible pénalement.

 

L’UFAP/UNSA Justice  déplore un climat malsain et une gestion médiocre de notre établissement par la direction locale qui n’a d’intérêt que pour le bien être de la population pénale. Il n’y a qu’à voir l’énergie déployée pour  précipiter la mise en place du module « RESPECTO » malgré l’absence de moyens, pour s’en rendre compte.

 

 

L’UFAP/UNSA Justice dénonce la dégradation des conditions de travail des personnels et tout particulièrement le bâtiment C, devenu une décharge et une annexe psychiatrique.

 

MONSIEUR LE DIRECTEUR, VOUS VOUS CROYEZ  PUISSANT MAIS  SACHEZ QUE TÔT OU TARD  VOUS DEVREZ RENDRE DES COMPTES…

 

Pour le Bureau Local,

Maxime WATRAIN,  Maxime DOBOEUF,  Mickaël ANDRIEU.

Related posts