Courrier adressé au Garde des Sceaux relatif à la situation alarmante des agressions perpétrées sur les Personnels Pénitentiaires

Monsieur le Ministre,

L’UFAP UNSa Justice appelle votre attention sur la situation plus qu’alarmante des multiples agressions, prises d’otage et tentatives d’assassinat perpétrées sur les Personnels pénitentiaires au sein et en dehors des établissements pénitentiaires.

Il ne se passe plus une semaine sans qu’un ou plusieurs faits divers de cet ordre ne soient constatés et nous vous passons les mutineries et refus de réintégrer collectifs qui eux aussi ont tendance à devenir une actualité récurrente !…

A cela régulièrement on nous renvoie la surpopulation pénale et la situation catastrophique des effectifs en Personnels de surveillance (y compris d’encadrement) !…

Pour la Première Organisation Syndicale et les Personnels pénitentiaires, la situation n’est plus acceptable et les éléments ci-dessus, qui servent d’arguments à certains des responsables hiérarchiques de la Direction de l’Administration Pénitentiaire pour ne rien faire, sont encore moins acceptables !…

Nous ne souhaitons pas que l’irréparable se produise pour qu’enfin les pouvoirs publics se mobilisent et engagent des modifications afin de permettre aux Personnels de surveillance d’exercer leur métier en toute sécurité !…

Aussi, connaissant votre intérêt pour notre institution et votre empathie pour les Personnels pénitentiaires, dans la continuité des annonces que vous avez faites fin octobre s’agissant de votre plan de sécurité afin de lutter contre les violences en milieu carcéral, l’UFAP UNSa Justice vous demande de réunir sans tarder les partenaires sociaux et les représentants de la DAP afin d’élargir votre plan d’actions par des mesures à mettre en œuvre très rapidement concernant l’insécurité dans laquelle exercent les Personnels !…

Très concrètement, pour l’UFAP UNSa Justice il s’agit de mettre un terme, une bonne fois pour toutes, à l’organisation du travail en « mode dégradé ».

En effet, cette disposition qui paupérise la présence de surveillant, notamment en détention et sur les postes de sécurité et de contrôle, de jour comme de nuit, etc., n’a qu’un seul objectif : la maitrise des heures supplémentaires !… Sauf que cette priorité économique se fait au détriment de la sécurité des Agents !…

Il nous semblait pourtant avoir entendu l’intervention du Président de la République lors de notre rencontre d’octobre 2015, nous dire que le pacte de sécurité l’emportait sur le pacte budgétaire !…

Il faut condamner définitivement l’isolement des Agents en détention !…

En effet, l’organisation du travail au sein des établissements pénitentiaires est faite autour de ce principe. Concrètement, vous retrouvez dans l’organisation de la gestion des détentions ce dispositif qui confine les Agents seuls à l’étage. Il est même fréquent qu’un seul Agent prenne en charge deux ou trois étages, dû régulièrement à la non programmation de Personnels sur la feuille de service.

C’est la conséquence directe de la gestion en « mode dégradé ».  La situation est identique pour les services de nuit !…

Pour pallier à ce constat qui nous place en situation de fragilité face à une population pénale de plus en plus nombreuse et de plus en plus vindicative et violente, exposant clairement la santé pour ne pas dire la vie des Personnels, l’UFAP UNSa Justice revendique la mise en place d’une nouvelle organisation de travail et de gestion des détentions ! ….

Il est devenu indispensable de changer notre mode de fonctionnement, en intégrant une nouvelle organisation de travail, en créant des équipes de surveillants par bâtiment, en bannissant l’isolement des Agents et les ouvertures de portes seuls et en redéfinissant la journée de détention et l’organisation des mouvements de détenus qui doivent être encadrés.

Le « mode dégradé » selon l’UFAP UNSa Justice doit correspondre à une autre organisation ; celle de la gestion de la journée de détention !…

C’est à dire, que s’il est constaté une carence en effectif à l’appel, ou tout simplement par manque de ressource à priori, la direction de l’établissement doit évaluer la capacité des ressources présentes à effectuer certaines tâches et réorganiser la journée de détention, en priorisant les tâches qui sont vitales et fondamentales (ex : appel nominatif, distribution des repas, mouvements service médical, parloirs, promenades…), sans mettre en insécurité les Agents !… Cela implique de facto un management nouveau, pragmatique et en phase avec les capacités opérationnelles.

Ces propositions ne sont pas exhaustives, mais elles sont incontournables à un retour de la sécurité dans nos détentions qui s’accompagnera d’un retour de l’autorité des Personnels et par là-même d’une meilleure prise en charge des détenus.

Souhaitant recevoir un retour favorable à notre demande, dans l’intérêt des Personnels et de l’institution, nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de nos salutations distinguées.

Pour l’UFAP UNSa Justice

Le Secrétaire Général

Jean-François FORGET

650-2016-courrier-gds-augmentation-agression-sur-les-personnels-penitentiaires

 

 

 

Related posts