CP BÉZIERS: Deux poids, deux mesures !?

Nous venons d’être informé qu’un détenu du quartier d’isolement vient d’écoper de 8 mois supplémentaires de prison pour menaces de mort à l’encontre d’un agent dépositaire de l’autorité publique.

Rappel des faits : Un ancien détenu du C.D qui est actuellement au quartier d’isolement a adressé un courrier à la Directrice des C.D en mentionnant des menaces de mort, ces faits se sont déroulés le mois dernier.

L’UFAP salue cette condamnation qui symbolise le soutien de la Justice envers les victimes et qui envoie un signal fort à la population pénale.

Néanmoins, nous constatons que cette procédure a été très rapide à traiter, et que ce détenu n’a pas attendu longtemps pour être jugé.

Que vont penser les agents victimes d’agressions ou de menaces de mort qui attendent depuis des semaines, des mois, voire des années une indemnisation ou tout simplement une reconnaissance en tant que victime.

Alors que nous dénonçons depuis des années la lenteur de la Justice et le manque d’information concernant des procédures toujours en cours sur le plan judiciaire, apparemment sur le C.P de Béziers, que l’on soit dans le corps de Direction ou agents en uniforme, le traitement n’a pas l’air d’être le même !?

Nous attendons de la Direction locale que toutes les procédures concernant des menaces de mort ou des agressions envers les personnels de surveillance soient traités avec une rapidité identique et similaire à la procédure dont faisait l’objet la Directrice victime de menace de mort.

Que l’on soit dans le C.E.A ( personnels de surveillance ), dans le corps des Officiers ou dans le corps de Direction, les personnels du C.P de Béziers sont en droit d’attendre le même traitement !

Béziers, le 16 Décembre 2016,

Le secrétaire local UFAP-UNSa Justice,

CAUJOLLE Fabrice

Related posts