CP PERPIGNAN: ATTAQUE PRÉMÉDITÉE À LA FOURCHETTE

PERPIGNAN le 6 Novembre 2017

Vendredi, vers 13 heures, l’un d’entre nous s’est violemment fait agresser par un détenu du 1er A.
Suite à un refus de réintégrer du détenu, notre collègue l’a tout de même remis en cellule avec le 1er
surveillant… mais l’individu a continué à taper à la porte.
Nos collègues y sont retournés pour mettre fin au tapage, et c’est là que le détenu, à l’ouverture de la porte, a sauté sur l’un d’entre eux, armé d’une fourchette, et lui a porté de violents coups au niveau de la tête.
Heureusement, grâce à son sang-froid et à ses excellents réflexes professionnels, notre ami a évité d’avoir les yeux crevés, voire pire…
Le détenu s’est montré par la suite aussi difficile a maîtriser, à tel point que, dans l’escalier pour aller au QD, il les a tous fait chuter en se débattant.
Cette grave attaque contre notre collègue n’est pas sans rappeler la tentative d’assassinat commise à
l’encontre de l’élève surveillant d’Osny en septembre 2016.
Le passage à l’acte du détenu, qui a utilisé une « arme par substitution » constitue, d’après la loi, un acte
criminel, d’autant plus que la fourchette a atteint par deux fois la tête de notre collègue. Fait aggravant, il
semblerait qu’il y ait eu préméditation de cette attaque…

L’agresseur sera extrait aujourd’hui, pour une garde à vue qui durera jusqu’à mardi, puis il sera présenté en comparution immédiate mercredi à 9h00.
Notre collègue s’en tire pour l’instant avec une bosse et des griffures au niveau du crâne, des douleurs au cou, et au côté gauche (torse et bras.)

Pour l’instant, le docteur lui a octroyé 5 jours d’ITT mais il est convoqué à l’UMJ cet après-midi pour une attribution définitive de l’ITT.

Pour protester contre cette attaque en règle, nous avons fait un retard d’appel ce matin, et nous proposons à ceux qui le pourront d’aller soutenir notre collègue au TGI ce mercredi matin à 9h lors de la comparution immédiate du détenu.

Par notre présence, nous nous montrerons solidaires de notre collègue, pour que ce détenu soit condamné à une peine exemplaire.
Nous alertons les autorités locales, régionales et nationales afin qu’une réponse ferme soit opposée à cet acte odieux et sans scrupules.
En attendant un transfert d’urgence disciplinaire de ce détenu, il convient également de s’attaquer au cœur du problème : la surpopulation chronique de notre établissement qui met en permanence en danger la sécurité des agents qui y travaillent !

Nos collègues sont dans un grand désarroi face aux agressions répétées de plus en plus violentes !!
Mais après le désarroi, c’est la colère et la révolte qu’il faut craindre !
Un nouveau palier vient d’être franchi, et l’UFAP ne restera pas immobile face à un tel déferlement de
violence gratuite et préméditée…
Nous souhaitons un prompt et serein rétablissement à notre collègue…

Le secrétaire local UFAP/UNSA justice
REIG Johann

Related posts