CP SEYSSES: Paroles et écrits

Alors que le CP de Seysses est encore sous le choc de l’affaire du « chariot du mess », rien de mieux n’a été trouvé pour calmer les esprits que d’attribuer un poste en remplacement provisoire sur le QI-QD sans appel d’offre.

« Oui mais il y avait urgence » se justifiera la direction…Urgence ? Les surveillants en détention sont malheureusement habitués à remplacer aléatoirement tous les services où il manque du monde et aux appels d’offres à 3 jours de délais. Cette prise de décision à la va-vite ne peut-être que néfaste à un esprit de cohésion encore présent mais qui s’effrite de jour en jour face à l’état de notre détention, les mauvais raccourcis et suppositions faciles vont vite et peuvent blesser un agent qui a tout simplement saisi une opportunité.

Il sera peut-être bon à chacun de rappeler l’importance des écrits, de leur fiabilité et de leur diffusion que ce soit pour une autorisation de sortie d’objet ou pour un appel d’offre. L’absence d’écrit ou les fausses informations peuvent également entraîner une responsabilité pénale. L’important c’est de savoir, pas de croire !

Tout comme les écrits, le dialogue est un élément essentiel au bon fonctionnement d’un établissement. Mais certaines paroles peuvent aussi avoir des conséquences redoutables envers les personnes auxquelles elles sont destinées. Avec un peu de dialogue et moins d’indifférence, une réunion à l’UHSI n’aurait pas été boycottée par ses agents. Avec un peu d’explication et de compassion une surveillante aurait effectivement pu « prendre sur elle » en attendant que la détenue qui l’a agressée soit transférée.

Le dialogue social est chronophage et ne se chiffre pas, mais il permet de résoudre beaucoup de problèmes avant que ceux-ci ne figurent sur un papier ! Le bureau UFAP-UNSa justice Seysses sera toujours présent pour imposer ce dialogue et n’hésitera pas à faire les écrits nécessaires si il le faut !

Le 25/01/17, pour le bureau local

Jean-Pierre Soudier-Miquel

Related posts