CTI du 9/06/2017….. vers du concret pour les Conditions de Travail des Personnels

UNION REGIONALE

U.F.A.P

de la D.I.S.P de DIJON

Dijon, le 16 Juin 2017

 

Comité Technique Interrégional du 9/06/2017……………….

vers du concret pour les Conditions de Travail des Personnels

Ce deuxième CTI qui se tenait seulement trois semaines après le précédent démontre que le dialogue social semble trouver un nouvel élan sur notre Région.

Pour l’Union Régionale UFAP de DIJON, cela laisse entrevoir, nous le souhaitons, un travail de fond afin d’améliorer les conditions de travail des Personnels Pénitentiaires qui ne cessent de se dégrader depuis plusieurs années.

Notre Organisation avait demandé à inscrire à l’ordre du jour de ce Comité Technique les régimes de détention accompagnés d’une réorganisation du travail, autour de nouvelles missions pour les Personnels exerçant en détention.

Ayant entrevu la direction que souhaitait prendre l’Union Régionale UFAP, Monsieur VION, Directeur Interrégional des Services Pénitentiaires, a souhaité en préambule aux discussions sur ce point, nous livrer son état d’esprit quant à la visite le 12/05/2017 qu’il a pu faire au Centre Pénitentiaire de VARENNES LE GRAND.

Pour ce Responsable qui, dit-il, a eu une excellente impression du fonctionnement de cette structure, il est nécessaire d’envisager une généralisation du mode de fonctionnement de Varennes le Grand aux autres structures de notre Région.

L’Union Régionale UFAP ne peut que se réjouir de ce commentaire partagé également par la nouvelle Directrice du CP VARENNES LE GRAND, car n’oublions pas que sur commande de l’ex-directrice de l’Administration Pénitentiaire, l’Inspection Générale des Services avait effectué un rapport de sape contre cette expérimentation.

Monsieur VION proposait à l’ensemble des Organisations Syndicales siégeant au sein du Comité Technique Interrégional de se déplacer prochainement au CP VARENNES LE GRAND afin que ceux qui ne connaissent pas encore ce fonctionnement puissent concrètement en mesurer les enjeux.

Là aussi, c’est avec une grande satisfaction, que nous avons pris acte que les deux autres Organisations siégeant au CTI ont accepté ce déplacement mais aussi ont donné leur assentiment sur la mise en place d’un groupe de travail régional afin de développer sur d’autres structures le « Surveillant Référent ».

Pour l’Union Régionale UFAP, cette prise de conscience collective quant à la nécessité de changer la façon de travailler en détention est une première victoire pour le bien être de nos Camarades et Collègues qui essuient depuis trop longtemps déjà les conséquences de l’incurie de notre Institution.

Quant au module « Respecto » abordé dans ces débats, l’Union Régionale UFAP a réaffirmé, durant ce C.T.I., que ce dispositif, présenté par Gorce et sa clique comme un système révolutionnaire, n’est en fait qu’un bidouillage qui se traduit au final par un régime de détention où l’on y affecte des détenus qui ne posaient pas problème auparavant dans une détention classique et qui, de facto, n’en posent pas plus dans ce module.

L’Union Régionale UFAP réaffirme que ce module à la petite semaine ne modifie en rien les fonctions du Surveillant de détention et ne renforce pas plus son champ d’intervention et son autorité.

 

…/…

…/…

Enfin, l’UFAP a redit que ce module n’est en fait qu’un régime d’autonomie, existant déjà dans les régimes de détention, mais simplement appelé différemment histoire de mettre dans la lumière les porteurs de ce module, qui oeuvraient jusque là dans la pénombre de leur esprit étriqué.

Un calendrier de réunions ainsi que la méthode de travail seront élaborés prochainement afin de tendre dès cette année vers la mise en place du « Surveillant Référent » sur d’autres structures de notre Région, tout en sachant que pour notre Organisation, il aurait été préférable de choisir un seul autre site afin de démontrer que ce qui se fait au CP VARENNES LE GRAND est exportable sur des structures plus grandes, et avec une population pénale différente que celle de ce dernier.

C’est pour cela que nous avons souhaité que le CP ORLEANS – SARAN soit désigné comme tel, pour le moment rien n’a été arrêté sur ce point.

En deuxième point de l’ordre du jour, l’Union Régionale UFAP avait demandé que soient abordés la formation des Agents affectés en PREJ mais aussi le dispositif de formation pour les futurs Agents exerçant au sein des ESP et ELSP.

Tout d’abord, l’UFAP a fait part de sa forte désapprobation quant à la manière dont est gérée la formation continue des Agents affectés en PREJ. En effet, il est inacceptable pour notre Organisation de constater que la doctrine d’emploi rédigée par l’Administration Centrale soit totalement ignorée sur le terrain.

Ainsi, nous pouvons constater que les 20 heures annuelles obligatoires de formation MTI et bâton télescopique sont en grande partie non réalisées, que les Agents du PREJ de DIJON n’ont à ce jour JAMAIS utilisé l’arme de service avec laquelle ils sortent quotidiennement, et que les 4 sesssions de formation continue obligatoires afin de renouveler leur habilitation, comme le précise le statut d’emploi, sont passées depuis le début à la trappe.

Rappelons ici que ce dispositif de formation INDISPENSABLE aux bonnes conditions d’exercice des Fonctionnaires est sacrifié sur l’autel de la rentabilité, uniquement parce que le nombre d’emplois octroyés aux différents PREJ est très largement sous calibré, ce qui conduit à un nombre d’heures irraisonnable de travail, à une grande fatigue morale et physique, par conséquent associés à l’absence de formation notamment d’arme à munitions létales sur la voie publique.

L’Union Régionale UFAP a demandé au Directeur Interrégional de remédier à ce grave manquement, en replaçant la formation continue de ces Agents au bon niveau d’exigence.

Dans la continuité de ce sujet, le Directeur Interrégional a donné la parole à notre Expert Eric COUCHOURON, Responsable du pôle de formation d’ORLEANS – SARAN, afin que ce dernier livre son analyse sur les besoins humains quant à la future mise en place des ELSP et ESP .

En effet, au regard du nombre important d’Agents qu’il faudra former dans ce cadre, Eric COUCHOURON a fait part de la nécessité de construire sur notre Région une équipe pédagogique spécialisée dans ce domaine afin de faire face à l’ampleur des besoins.

Ainsi, à la lecture de la doctrine d’emploi des ELSP et ESP, nous avons demandé que des binômes de formateurs MTI – Bâton et Moniteurs de Tir soient mis en place selon une cartographie cohérente, ce qui éviterait le travail à l’envers, ce qui est de coutume dans notre Institution.

De plus, l’Union Régionale UFAP a demandé que soit mis en place un Plan Interrégional de Formation spécifique aux missions extérieures, ce qui a retenu toute l’attention du Directeur Interrégional qui a validé la création de ce Plan.

Quant à la création de cette équipe pédagogique interrégionale, Monsieur VION a demandé au service Formation de travailler dans ce sens.

Le Directeur Interrégional a, ensuite, souhaité aborder un point sur la réorganisation des services du siège de la DISP de DIJON.

Le serpent de mer que représente ce sujet démontre là aussi le temps perdu étant donné que la nécessité d’agrandir le siège de la DI était déjà évoquée il y a dix ans.

…/…

…/…

En effet, à cette époque, il était envisagé la construction d’un bâtiment supplémentaire sur le domaine afin de rassembler l’ensemble des Services de la DISP.

Le temps perdu nous amène aujourd’hui à être placés devant une option qu’il nous faudra analyser avec l’ensemble des Personnels du Siège, à savoir une relocalisation des Services dans des locaux intra-muros à la ville de DIJON.

Cette délocalisation ne concernerait pas les Services Opérationnels que sont les PREJ, l’ERIS, et l’URFQ.

Si cette dernière hypothèse est retenue alors sa mise en place se fera dans un délai maximum de trois ans.

L’UFAP ne jettera pas d’huile sur le feu sur ce sujet mais entend bien entrer pleinement dans les débats afin d’une part, que ces projets répondent aussi aux attentes des Personnels exerçant au siège de la DISP, et d’autre part qu’ils ne constituent pas un moyen détourné de tendre vers une mutualisation des Services de la Justice.

En effet, l’UFAP ne cautionnera pas un mode de fonctionnement identique à celui des PFI qui représente aujourd’hui une véritable catastrophe sur le plan social pour les Personnels y exerçant sans que ceux-ci ne puissent bénéficier sur un plan institutionnel de structures syndicales de proximité pouvant s’interposer au diktat installé dans ces plateformes.

Enfin, le Directeur Interrégional a souhaité aborder la note du 31/03/2017 relative à l’attitude et à la tenue des Personnels de Surveillance.

Cette note qui décrit dans l’extrême détail comment l’uniforme des Personnels doit être porté, ne représente, pour notre Organisation, pas vraiment un sujet sur la forme et c’est ce que nous avons fait savoir à notre Directeur Interrégional.

Toutefois, l’Union Régionale UFAP a demandé que soit remontée à la Direction de l’Administration Pénitentiaire, une observation inhérente au port de l’uniforme, à savoir la qualité de ce dernier.

En effet, nous notons avec une certaine ironie que les rédacteurs de cette note n’ont certainement pas séjourné très longtemps dans cette tenue qu’il décrive avec autant de détails.

L’Union Régionale UFAP invite ces derniers à passer plus de 12 heures par jour et à marcher plus de 10 kms durant ces mêmes journées avec une paire de chaussures qui semble avoir été taillées dans un tronc d’arbre et dont certaines paires semblent ressembler à deux pieds gauches.

Nous les invitons également à passer à la machine à laver régulièrement les polos et les pantalons puis à vérifier leur couleur et leur taille après 10 lavages, ce qui nous conduit à penser que le tissu servant à confectionner cette tenue émane du stock d’invendus du défunt « Tati ».

Mais en fait, sur ce sujet, rien d’étonnant lorsqu’on demande à des détenus de fabriquer les tenues de Celles et Ceux chargés d’appliquer les sanctions pénales.

Cet aspect démontre, encore s’il en est besoin, l’ambition et la considération qu’ont les dirigeants de notre Institution à l’égard des Personnels placés sous leur autorité.

 

Pour l’Union Régionale UFAP de Dijon

 

Les Représentants UFAP siégeant au CTI,                       Expert pour l’UFAP,

 

Thierry CORDELETTE                                    Eric COUCHOURON

Angui ANASSE

Aline FOURNIER

Christophe MARCOTTE

  U.R UFAP  –  72 rue d’Auxonne  – 21 033 DIJON Cedex  – Tél : 03.80.63.85.78  –  Fax : 03.80.65.24.86 –  Port : 06.11.30.68.66

 

Related posts