DE LA PSYCHIATRIE DANS NOS DETENTIONS – Argentan CD

Dimanche 02 octobre 2016, lors de la distribution du repas du soir, un détenu bien connu pour son instabilité psychologique, n’a pas accepté le refus d’un café qui ne lui était pas destiné.

Ce détenu a posé ces lunettes délicatement et a frappé l’agent d’étage. L’agent en voulant se défendre, s’est retrouvé à terre avec ce détenu déchaîné.

Malgré des déclenchements d’alarme des agents, rien n’a fonctionné.

Heureusement que tous les détenus ne s’acharnent pas sur les agents et que l’auxiliaire présent à ce moment là, a pu prévenir l’agent du pic.

Que se serait il passé si notre collègue n’avait  pas eu les bons réflexes de défense !!!!!!

Les icoms nouvellement installés ne sont pas opérationnels non seulement par l’appel imperceptible des alarmes déclenchées  mais aussi par le déchargement rapide des batteries.

Monsieur le directeur, le bureau local Ufap Unsa Justice, vous demande de revoir votre copie au sujet des alarmes avant une nouvelle agression non détectée.

Les icoms étaient censés améliorer la sécurité des agents mais sont à l’évidence moins performants que les anciens motorolas.

Notre administration ne regarde que son budget.

Toujours des économies sur le dos des agents au détriment de leur sécurité et de leur condition de travail.

Y EN A MARRE

Notre collègue actuellement en ITT, doit en plus subir le protocole de santé suite à une morsure infligée par ce détenu.

Le bureau local Ufap Unsa Justice vous demande un placement en SMPR  voire en hôpital psychiatrique, pour ce détenu au profil non adapté à nos détentions.

Les représentants régionaux Ufap Unsa Justice soulèveront, auprès du Directeur Interrégional demain matin, ce problème récurrent.

A t on l’espoir qu’un jour notre administration entende les doléances du personnel afin d’améliorer notre travail au quotidien.

Le bureau local Ufap Unsa Justice apporte tout son soutien et souhaite un prompt rétablissement à notre collègue.

Le bureau local

 Ufap Unsa Justice

 

 

Related posts