DISP DE BORDEAUX : mise en place au rabais des ELSP

L’apparition des Équipes Locales de Sécurité Pénitentiaire devient une réalité sur la DISP de Bordeaux à partir de janvier 2018.
Les Établissements concernés par le transfert des tâches «indues» sont dans un premier le CD de Bedenac et la MA d’Agen.

Pour Bedenac, aucun personnel supplémentaire ne sera affecté : il faudra faire avec « les moyens du bord », c’est-à-dire en « piochant » sur les personnels de surveillance de l’Établissement.
Pour Agen, l’expérimentation se fera par une équipe de quatre agents renforcée par trois postes fixes formés aux nouvelles missions. Un apport de seulement 3 agents est prévu.
Nous assistons à une première dérive où l’établissement se voit amputer du personnel pour composer une équipe d’ELSP, l’apport n’étant pas suffisant pour une escorte à trois. Où sont passées les créations d’emplois spécifiques annoncées par monsieur URVOAS alors Garde des Sceaux ?
Pour le Bureau Régional UFAP, il est indispensable de combler les organigrammes des établissements afin d’assurer notre mission première convenablement et dans des conditions acceptables. Le transfert des charges ne doit pas aggraver les carences en personnel.
La formation obligatoire des agents affectés à ces nouvelles missions se devait d’être calquée sur celle des PREJ et nous apprenons qu’elle passe de cinq semaines à trois! A moins d’une nouvelle pédagogie, comment ne pas penser que, contrainte à un calendrier avec des moyens insuffisants, notre administration brade la sécurité du personnel et des concitoyens en envoyant du personnel armé sur la voie publique avec une formation insuffisante.
D’autre part, le Bureau Régional UFAP revendique le droit à tout le personnel volontaire de pouvoir prétendre à la formation (à l’instar des élèves) afin d’exercer ces nouvelles missions. Il s’agit d’offrir une polyvalence permettant à une majorité de personnels d’être en mesure d’exécuter à tout moment une extraction, qu’elle soit judiciaire ou médicale avec les moyens appropriés tout en évitant à une majorité de personnels d’être cantonné aux tâches de la coursive.
Le transfert des charges «indues» ne doit pas créer de spécialisation mais faire partie intégrante des fonctions d’un personnel de surveillance.
Et à l’heure où «les bleus» sont les cibles privilégiées des détraqués en tous genres, comment imaginer l’ineptie qui consiste à envoyer du personnel de même corps effectuer une mission sur la voie publique, pour les uns armés et pour les autres sans moyens de défense et avec une protection inadaptée (gilet pare-balles).
L’évolution du métier de surveillant et les nouvelles missions qui lui incombent, méritent une hauteur de vue et une appréhension à la hauteur de l’impact sur la profession.

Le Bureau Régional UFAP regrette l’absence de dialogue social au sein de la DI de Bordeaux sur les moyens et les modalités mis en œuvre. Un CTI ayant lieu le 21 novembre 2017, nous vous tiendrons informés des orientations qui seront prises tout en espérant que les dés ne soient pas jetés d’avance (ni pipés).

Le 31/10/2017, pour le Bureau Régional,
Didier BAIGNEUX

Related posts