ÉMEUTE EN COURS DE PROMENADE !!! – Aiton CP

Mercredi 7 septembre 2016, dès la mise en place des promenades vers 14H20, 8 détenus du centre de détention (section 8 et 7) se sont regroupés sur la cours de promenade pour tout casser, notamment les sanitaires, afin de se constituer un maximum de munitions (morceau de ciment gros comme le poing).

Ils se sont ensuite servis des morceaux de béton provenant des sanitaires comme des projectiles pour caillasser les personnels et les bâtiments jouxtant la cours de promenade. Ils ont également tenté de provoquer un incendie en enflammant des herbes sèches…

Les sapeurs-pompiers sont intervenus en nombre très rapidement et se sont positionnés à titre préventif à l’intérieur comme à l’extérieur de l’établissement.

De très nombreux gendarmes ont également été mobilisés pour sécuriser le périmètre et bloquer tous les accès du Centre Pénitentiaire.

Tous les mouvements de l’établissement (médical, social, sport, scolaire, etc…) ont été suspendus et l’ensemble des intervenants extérieurs ont été invités à quitter l’établissement...

Et pourtant, malgré l’état d’alerte générale au sein de la prison, au regard des menaces proférées par les détenus de la section 7, la direction a accepté la mise en place d’un tour de parloir pour ces derniers, au risque de mettre en danger les personnels !… C’est tout simplement scandaleux !!!

Les surveillants, ont eux, été obligés de se mettre à l’abri en attendant l’intervention de l’équipe régionale d’intervention et de sécurité de Lyon (ERIS) qui est arrivée à l’établissement vers 17H30.

Enfin, vers 17H50, 16  agents des ERIS ont investi la cours de promenade et ont très rapidement maîtrisé les mutins…

Deux d’entre eux ont été conduits dans la foulée au quartier disciplinaire et une opération de transfert sur différents établissements pénitentiaire de la région a été organisée dans l’urgence pour les six autres mutins.

L’inquiétude légitime des personnels ne s’arrête pas aux seuls incidents de ce jour et ils s’interrogent si des événements tel que ceux vécus ce jour ne pourraient pas se reproduire à l’instigation de détenus radicalisés et signalés comme tels au sein de notre établissement.

L’UFAP UNSa Justice exige que la direction prenne ses responsabilités et se décide enfin à reprendre en main le centre de détention, faute de quoi cette poudrière ne tardera pas à s’enflammer!

Aiton, le 08 septembre 2016

Les Secrétaires locaux

Pascal Gaudot § Guillaume Darras

 

Related posts