Et l’on vous parle de sécurité ! – Tract UFAP Unsa Justice RENNES VEZIN

Et l’on vous parle de sécurité !

Il suffit donc de frapper la porte de sa cellule pour que, tel Moïse l’a vécu dans sa fuite d’Égypte, la voie s’écarte et laisse passer l’occupant!

Les portes de nos cellules, si sécuritaires, seraient-elles  en fait de vulgaires planches en papier mâché, que quelques coups de savates maladroitement distillés en viendraient à bout?

Elles sont où les feuilles métalliques?

Et l’on vous parle sans cesse de « ce cahier des charges », fourre tout ou plutôt dépotoir qui serait devenu « la Bible » de nos établissements.

A l’UFAP Unsa Justice nous serions plutôt d’avis de l’appeler « cahier décharge » , car plus proche du contenu d’une poubelle…

En fait le terme « prison passoire » sied très bien au CPH Vezin! 

Les drones, la came, les portables, les portes en papier mâché…

Et pour assurer la sécurité de tout ça?

Du sous effectif chronique, savamment orchestré depuis Paris, et combattu mollement par nos hiérarchies successives.

Imaginez un instant que cet incident se soit déroulé en service de nuit, avec 11 agents au lieu des 12 prévus, et pour changer un peu 4 agents en extractions médicales?

Ça se serait terminé comment cette mauvaise blague?

Alors vous pouvez souligner la rapidité d’intervention de notre direction, qui pour tester ses capacités de réaction sans doute, a demandé une vérification immédiate de toutes les portes des cellules de détention. BRAVO, mais c’était après l’incident, c’était déjà trop tard…

L’UFAP Unsa Justice tient à féliciter chaleureusement les collègues présents, qui avec professionnalisme  ont brisé l’élan de ce détenu récalcitrant.

Là, pas de miracle pour lui…

                                                                                        Le bureau local

                                                                                                                            

Related posts