EVASION, BIS REPETITA ! – Amiens MA

Les moyens alloués aux établissements pénitentiaires, et plus spécifiquement à la sécurisation de ceux-ci, sont de plus en plus dérisoires. Par contre lorsqu’il s’agît de trouver ces mêmes moyens dans le cadre du P.L.A.T., les vannes sont ouvertes. Notre établissement, vient une nouvelle fois, d’en faire l’amère expérience ! 

Face à une population pénale qui n’a aucune limite, bénéficiant de complicité extérieure, l’établissement Amiénois a de nouveau défrayé les chroniques, et fait les choux gras de tabloïd avides de sensationnel !

Sept mois ! Il n’aura fallu rien que ça, pour que la rocambolesque évasion de novembre dernier, ne fasse des émules en cette nuit du 30 au 31.

Une nouvelle évasion de personnes détenues originaires des Balkans. 

Le professionnalisme de l’ensemble du personnel, qui a donné l’alerte au moment opportun, a permis aux forces de l’ordre, d’appréhender une complicité extérieure. Il s’en est fallu de peu, que les deux fuyards puissent également être repris.

Comment, alors que le contrôle des barreaudages est assuré tous les jours, cela a-t-il pu se reproduire ? L’UFAP-UNSa Justice Amiens, rappelle qu’à de nombreuses reprises, elle a alerté notre direction, concernant la découverte de lames de scies à métaux, demandant au passage une fouille totale de l’établissement. Résultat, les barreaux ont été sciés.

Lors de l’évasion de novembre, l’inspection pénitentiaire, avait préconisé certaines mesures. Si nous l’admettons, la Direction Locale avait demandé la mise en œuvre de ces moyens, malheureusement faute de moyen, rien n’a vu le jour ! Trop cher !

La sécurité du personnel, mais aussi de nos concitoyens, est-elle soumise à un budget ? 

Comment dans un établissement pénitentiaire dépourvu de mirador, la sécurité périmétrique n’est-elle pas renforcée ? Les concertinas, sont tous à remplacer, mais pourtant, rien n’a été fait depuis la première évasion.

L’UFAP-UNSa Justice Amiens tient à apporter tout son soutien aux personnels de l’établissement, et plus particulièrement aux agents de « cette triste nuit ».

L’UFAP-UNSa  Justice Amiens exige une fouille générale de l’établissement.

L’UFAP-UNSa  Justice Amiens exige que les préconisations faites, il y a quelques mois  soient enfin réalisées.

Le secrétaire local,

F.DROPSY

Related posts