FIP – CAP DE MOBILITE DES CPIP : L’OPACITE PERDURE !…

Les 25,26 et 27 mai 2016 se déroulait la CAP de mobilité 2016, concernant le corps des CPIP.

Malheureusement, comme chaque année, force est de constater que cette CAP s’est tenue avec des moyens archaïques (aucun logiciel de CAP contrairement au corps de surveillance).

A l’aube d’une Justice du 21ème siècle, comment la DAP peut-elle continuer à ne pas fournir les moyens techniques et matériels permettant de tenir cette instance dans de bonnes conditions ?…

Ainsi, lors de cette CAP de mobilité, ce sont 470 CPIP qui ont sollicité une mutation et 270 qui ont obtenu satisfaction.

L’UFAP UNSa Justice tient donc à féliciter les agents ayant obtenu leur mobilité. Cependant, la première Organisation Syndicale du Ministère de la Justice, compte tenu des valeurs et principes qu’elle défend, ne peut s’empêcher d’avoir une pensée pour les agents déçus, voire lésés lors de cette CAP et par conséquent se doit de dénoncer :

  • L’opacité qui règne autour de cette CAP de mobilité :

En effet, depuis trop longtemps, la DAP s’évertue à ne pas communiquer aux CPIP, le nombre de points acquis à la date de leur demande. De la même manière, aucun rang de classement ne leur est fourni !

Ce fonctionnement obsolète empêche les agents d’identifier clairement leurs chances de mobilité, et par conséquent, d’accepter la légitimité des décisions rendues par cette CAP !

  • L‘application de « quota » concernant l’étude des situations sociales :

L’UFAP UNSa Justice ne remet pas en cause la nécessité de réserver ce type de demande au cas les plus graves. Toutefois, il est anormal que certaines situations soient écartées, au titre d’un numérus clausus !

Comment peut-on cautionner le fait de limiter le nombre de mobilités relevant de situations prioritaires?… Est-il nécessaire de rappeler que derrière chaque demande, il existe des agents, des familles en attente ?…

  • La non application de la priorité aux originaires d’OUTRE-MER :

Alors que la loi du 20/04/2016 relative à la déontologie et aux droits et obligations des fonctionnaires, inscrit une priorité aux agents ultramarins justifiant de leurs CIMM dans les DOM-TOM, la DAP continue de nier ce critère. Cette pratique illégale ne peut plus durer !

Pour l’UFAP UNSa Justice le bilan de cette CAP de mobilité est limpide : Encore et toujours plus d’opacité !

CELA DOIT CESSER !…

Ainsi, l’UFAP UNSa Justice continuera de dénoncer fermement ces pratiques d’un autre temps !…

L’UFAP UNSa Justice continuera d’œuvrer pour que tous les personnels bénéficient d’un traitement équitable et que la transparence règne enfin sur cette CAP !

L’UFAP UNSa Justice mettra tout en œuvre pour qu’au Ministère de la Justice ne règne pas l’injustice !…

Paris, le 7 juin 2016

Le Secrétaire Général,

Jean-François FORGET.

070616 – CAP de mobilité des CPIP l’opacité perdure !

Related posts