Hold-Up d’un acquis historique et bientôt trentenaire…

A.C.T. : Enveloppe budgétaire destinée aux améliorations des conditions de travail obtenue dans le cadre du protocole d’accord BONNEMAISON suite à de longues batailles dont le dépôt des clefs durant les années 1988/1989.

Aujourd’hui, l’administration piétine inlassablement cet accord en réduisant en à peine sept ans de moitié ce budget, méprisant totalement le peu d’acquis restant à l’ensemble des Personnels.

Inadmissible et Scandaleux !

En 2010, nous avions un budget régional dédié aux A.C.T. d’environ 200000 euros. Il était réparti entre toutes nos structures avec une part fixe de 4000 euros pour les CD et les MA, 2000 euros pour les petites structures et une part variable de 28 euros par agents.

L’administration a au fur et à mesure du temps gelé 10% par-ci, 10% par-là, puis a détourné  ce budget imposant les fameux « facteurs d’ambiance ».

Bah oui, pourquoi pas !

« Comme ça, on économisera sur les budgets de fonctionnement des établissements pour effectuer les travaux nécessaires à l’entretien et à la pérennité de ces derniers… »

Lors du Comité Technique Interrégional du 27 Avril, la DI nous a présenté les quelques miettes qui nous sont destinées pour les ACT 2017 :

97000 Euros répartis à hauteur de 25 euros/agents et par structure !!!

C’est pitoyable, voici la considération apportée aux Personnels qui triment

au quotidien dans ce bourbier pénitentiaire !

L’Union Régionale UFAP dénonce cette lamentable manipulation qui consiste à réduire à peau de chagrin cette enveloppe. La réduction de la ligne budgétaire affectée aux ACT doit être proportionnelle à la réduction du budget total, hors le budget global de la DISP n’a jamais été réduit de 50% !!!

L’Union Régionale UFAP exige l’augmentation de cette enveloppe et la redéfinition d’une répartition digne de ce nom pour 2018! La DI s’est engagée à reporter ce point à l’ordre du jour du prochain CTI, nous serons attentifs et intransigeants quant à l’issue de ces discussions.

Nos conditions de travail sont  déplorables, les Personnels subissent une violence banalisée et quotidienne. A cela s’ajoute  un chiffre record  de surpopulation pénale, un sous-effectif chronique dans tous les services et cerise sur le gâteau : le déploiement sans aucun moyen des ESP/ELSP qui vont nous mettre la tête sous l’eau…

SI les décideurs de cette administration ne prennent pas leurs responsabilités, peut-être  qu’un jour nous serons  amenés à déposer les clefs comme par le passé…

Vendredi 05 Mai 2017,

Pour l’union régionale,

Les secrétaires généraux

Related posts