HONTE pour nos collègues agressés

Ayons une très grosse pensée pour nos copains de Vendin le vieil, Mont de Marsan, Tarascon et Borgo qui ont été touchés au plus profond de leur chair. La région Paca Corse a malheureusement été le théâtre de l’horreur ; Après les agressions lâches sur deux personnels féminins de Tarascon, nous avons frôlé la mort sur Borgo avec les tentatives d’assassinats terroristes à coup de couteaux sur 2 autres de nos collègues Corses.

Bénédicte, Carole, Gino, Antoine votre combat n’est pas terminé, il va falloir vous reconstruire physiquement et surtout psychologiquement pour tenter d’effacer les séquelles que vous garderez à vie.

L’UFAP UNSa Justice Paca Corse vous souhaite un prompt rétablissement et vous soutiendra à jamais.

Suite à ces événements, un mouvement d’ampleur a vu le jour sous l’impulsion de l’UFAP UNSa Justice.

Mouvement avec des revendications légitimes, uniquement basées sur la sécurité des personnels afin que de telles atrocités soient bannies de notre quotidien. Nous avions l’appui des médias et de l’opinion publique qui comprenaient sans démagogie notre action.

Un temps lucide, la CGT s’est ralliée à l’UFAP pour une intersyndicale, refusée par FO qui a décidé de prendre une orientation pécuniaire et statutaire avec la catégorie B.

Les premières propositions de la Ministre sont rejetées par les personnels, la CGT quitte l’intersyndicale et ses exigences sécuritaires et telle une anguille, prend un virage à 180° pour calquer leurs revendications sur celles de FO. On appelle cela surfer sur la vague, aller selon le vent, voler à vue….

La rencontre avec la ministre est désastreuse, FO et CGT, étrangement proches et organisées, sont déjà prêtes à quitter la table ; ce qu’ils font quelques instants plus tard sans attendre la fin de la présentation du relevé de conclusions. Stratégie qui permet rapidement de critiquer l’UFAP UNSa Justice qui est restée dans la salle.

Puis vint le tour des calomnies où l’UFAP UNSa Justice aurait signé ce relevé de conclusions, ce qui n’était nullement le cas. Le bien être des personnels est-il réellement le but de la manœuvre pour ces deux OS ?

Les collègues du terrain rejettent en bloc les propositions, le combat peut donc continuer mais l’UFAP UNSa Justice vient de comprendre la stratégie mise en place par ces OS, le pire est à venir.

Puis ce fût la débandade, la désinformation, les mensonges, les coups bas… l’oubli !!!

L’action se durci mais les revendications sécuritaires passent au second plan et sous l’impulsion de FO et compagnie, l’ampleur du mouvement prend une orientation financière basée essentiellement sur la surenchère de vouloir plus… toujours plus ! A ce jeu du poker menteur, FO et ses comparses vont user de stratégies diffamatoires et mensongères sur les piquets de grève pour entraîner les agents à déposer les clés et à se mettre en maladie ; ce que ne fera pas l’UFAP UNSa Justice qui garde un profond respect pour les personnels. Pêle-mêle, nous aurons tout entendu : On aura la catégorie B, il faut déposer les clés, nous sommes le seul établissement à ne pas le faire, il n’y aura pas de sanction car c’est un mouvement national, si l’UFAP signe les sanctions vont tomber…etc

Des « courageux » qui ont demandé à déposer les clés se sont même mis en maladie, c’est dire…

Et nos copains qui se sont fait « défoncer » dans tout ça… oubliés, balayés d’un revers de main !! J’ai honte… Honte d’utiliser ces tentatives d’assassinats pour aller gratter du pognon sur le dos de ceux qui ont été touchés dans leur chair.

Ce n’est pas la catégorie B et quelques Euros de plus qui empêcheront les personnels de se prendre des coups de lames. Nous voulons tous retourner sain et sauf dans nos familles, elle est là la priorité. Ne nous trompons pas de combat, même si quelques Euros mettraient du beurre dans les épinards.

Le gouvernement, par l’intermédiaire de Matignon, a pris la main et fait une nouvelle proposition en renforçant le volet sécuritaire du premier relevé de conclusions qui attribuait des emplois, des créations de places en quartiers spécifiques, des dotations individuelles pour les personnels, la réorganisation de la gestion de la détention, une prime spécifique de fidélisation… et ajoute de l’indemnitaire avec une ICP à 1400€, les DJF à 36€ , une ISS en parité police à 28%.

Il y a un temps ou personne n’aurait « craché » sur ces propositions acceptables, quoi qu’en disent certains pour rajouter de l’huile sur le feu et dénigrer l’UFAP UNSa Justice au passage…

A l’heure ou les médias communiquent sur le budget 2018 et la pseudo augmentation du pouvoir d’achat des salariés (environs 20€ par mois) qui sera quasi nulle dixit les spécialistes, ils annoncent comme grands perdants, les fonctionnaires et les retraités qui ne verront aucun changement sur leur salaire (voire une perte). Comme ils disent, en 2018, il faudra d’abord se serrer la ceinture.

Et nous, personnels pénitentiaires, nous sommes à l’écoute des chants des sirènes qui promettent l’inaccessible, mais dans quel but ??? Soyons réalistes et objectifs sur ce que nous pouvons obtenir.

Et quelle est donc cette catégorie B qui fait tant d’émules ? L’UFAP UNSa Justice, qui est contre cette mesure s’en est expliquée et a toujours argumenté son positionnement sans se cacher. A l’heure actuelle, ce serait une perte financière pour les personnels.

Mais que dire de ceux qui prônent ce changement de statut ?? Ils parlent de reconnaissance… mais aucun n’a communiqué sur les avantages et les inconvénients d’une telle réforme. Pour faire court, comment vendre la catégorie B aux personnels sans l’expliquer !!

L’UFAP est restée droite dans ses bottes et a gardé sa ligne de conduite sans vendre du rêve aux personnels. Malheureusement, ce mouvement a tourné à la déconfiture car un syndicat a eu des prétentions démesurées et inaccessibles. Ne vous laissez pas manipuler par le chant des sirènes.

FO n’a rien obtenu pour les personnels depuis bientôt 10 ans, mais ces « marchands de rêves » n’ont fait que briser l’HISTORIQUE COHESION créée ou renforcée pendant 12 jours sur tous les piquets. Car OUI, ce mouvement social a rassemblé et uni TOUS les personnels de tous bords, mais leur obstination et leurs demandes irréalistes n’a emmené qu’à l’effet contraire et a divisé les personnels unis comme jamais encore hier, c’est affligeant et désespérant…

Certains n’ont même pas lu le relevé de conclusion et ont craché sur l’UFAP UNSa Justice sous l’impulsion des autres OS.

J’ai mal au cœur lorsque je vois l’action théâtrale de certains syndicats devant les portes alors qu’ils sont incapable d’ouvrir la bouche pour défendre les personnels en Commission Administrative Paritaire.

L’UFAP UNSa Justice est la cible de ces OS qui utilisent les personnels à des fins syndicales et électorales. Nous sommes dans l’escalade de la surenchère pour faire croire que l’on peut obtenir toujours plus. Encore une belle excuse pour ne jamais rien signer et plomber l’OS qui a pris ses responsabilités.

Poussé par des syndicalistes aux idées extrêmes, une haine féroce s’est développée contre notre organisation syndicale, jusqu’à des menaces de mort ; les personnels se sont fait manipuler et embrigader dans la connerie humaine !

Grâce à l’UFAP UNSa Justice qui a signé ce relevé de conclusions et au delà de l’aspect pécuniaire, le gouvernement vient de nous accorder des moyens et s’engage à modifier des lois afin d’améliorer notre sécurité…ce n’est peut être pas suffisant, mais chacun a le devoir, sur son établissement, de faire des propositions afin de renforcer la sécurité des personnels.

C’est ensemble, comme nous l’étions devant les portes, que nous allons reprendre en main nos détentions et améliorer notre sécurité. La sécurité est l’affaire de tous, faisons des propositions réalistes et concrètes, montrons que nous sommes responsables. Ce n’est jamais fini et le COMBAT continue. SOYONS ACTEURS de notre avenir et la cohésion d’hier sur les piquets doit se retrouver aujourd’hui et demain sur nos coursives.

L’UFAP UNSa Justice Paca Corse tient à remercier l’ensemble des personnels qui se sont mobilisés tout au long de ce mouvement historique.

Bruno BOUDON

Secrétaire Général de l’UFAP UNSa Justice PACA-Corse

Related posts