La SCABIOSE est arrivée au PREJ de Poitiers-Vivonne

En début d’année, nous vous avions déjà alerté quant à l’absence du registre d’hygiène et de sécurité sur le PREJ de Poitiers-Vivonne.
Document pourtant obligatoire, complément incontournable du document unique destiné à évaluer les risques et y répondre par une politique de prévention ainsi que des modalités d’actions aux risques relatif à la santé, l’hygiène et la sécurité.

De même, lors de votre réflexion sur la possible nomination du responsable PREJ en qualité de référent hygiène et sécurité, nous vous avons rappelé que vous pouviez solliciter un appel à candidature à l’ensemble du personnel du PREJ.
Cette démarche valoriserait les compétences de certains agents qui ont travaillés dans ce domaine ou suivi la formation Comité d’Hygiène Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT) ; ainsi ils continueraient d’apporter leurs expertises au bénéfice de notre administration.

L’absence de respect de cette réglementation vous met « hors la loi » et donne le sentiment d’une faible considération aux agents placés sous votre autorité.

Force est de constater que nous avions raison !

Cinq jours après avoir effectué une mission au contact d’un détenu ayant contracté la gale, un agent a été contaminé.

Réalisez-vous que votre négligence, a probablement permis à l’agent de ramener ce parasite à son domicile ?

Entre les « impossibilités de faire » et la santé du personnel, le bureau régional UFAP UNSa Justice a toujours fait le même choix : l’amélioration des conditions de travail du personnel et sa sécurité.

Le bureau régional UFAP UNSa Justice souhaite un prompt rétablissement à notre collègue et assure à l’ensemble des personnels touchés ou inquiets au sujet de cette contamination de tout son soutien.

Le bureau régional UFAP UNSa Justice demande que les frais médicaux avancés par l’agent (les agents) soi(en)t pris en charge par la DISP de Bordeaux en intégralité, ainsi que la désinfection du véhicule personnel et l’habitation si nécessaire.

Le bureau régional UFAP UNSa Justice demande que les produits spécifiques à l’éradication de ce parasite, soient mis à la disposition en permanence des PREJ pour prévenir de tous risques de contaminations.

Le bureau régional UFAP UNSa Justice ne manquera pas de s’insurger si une épidémie est avérée.

Le 26 septembre 2017 Pour le bureau régional UFAP
Cédric Bert

Related posts