Le tour de passe-passe lexical !…

« Quand les hommes ne peuvent plus changer les choses, ils changent les mots. » (Jean Jaurès)

Nos ufologues de la DAP appliquent à la lettre ce grand principe de magie politicienne : « le tour de passe-passe lexical ! »

Les Unités Dédiées (UD) deviennent des Unités de Prévention de la Radicalisation ou « UPRAD ». Un changement de mots uniquement, la chose reste la même : un contenant toujours aussi vide de contenu et de sens !…

Selon nos dirigeants, cette nouvelle appellation est liée à l’impossibilité actuelle de pouvoir affecter prévenus et condamnés au sein d’une même Unité Dédiée.

Et pour cause, le pouvoir législatif a introduit au mois de juin dernier la restriction des Unités Dédiées aux condamnés seulement !… Pourquoi ont-ils fait cela ?!… Une idée saugrenue issue des auditions de la DAP, une réelle volonté politique, ou une énième « connerie législative » ?!….

Qu’à cela ne tienne !… En deux coups de cuiller à pot, la DAP a contourné l’obstacle législatif durant cet été, en détournant le fond par la forme et créant ainsi des « UPRAD ».

Quelle perspicacité, bravo !…

L’UFAP UNSa Justice attend avec impatience la façon dont nos penseurs de la DAP justifieront qu’un changement de nom permettra de modifier le principe de séparation entre prévenus et condamnés ?!…

L’UFAP UNSa Justice rappelle que, malgré sa légitime opposition au projet insignifiant des UD présenté par la DAP au CT-AP du 14 janvier 2016, le changement de dénomination doit lui aussi faire l’objet d’une présentation et d’un vote des Organisations Syndicales représentatives… A moins que notre administration ne soit, elle aussi, radicalisée en matière de dialogue social et de gestion des instances administratives paritaires !…

Toujours plus encline à gérer les effets plutôt qu’à attaquer le mal à la racine, la DAP reste constante dans son inventivité et son incapacité à endiguer un phénomène dont elle n’a toujours pas pris la pleine mesure. Rassurez-vous, l’UPRAD n’échappera pas à la règle !…

L’UFAP UNSa Justice, elle, privilégie l’efficacité et le pragmatisme !…

Aussi, pour la 1ère Organisation Syndicale, les détenus (prévenus et condamnés), dans le cadre d’affaires terroristes en lien avec l’islam politique et militant doivent faire l’objet d’une gestion spécifique dans une structure adaptée. Cette prise en charge particulière ne peut être possible que par un code de procédure pénale dérogatoire en matière terroriste.

Notre future ex-directrice saisira-t-elle, comme le réclame l’UFAP UNSa Justice, les autorités politiques sur cette question avant son départ ?!… Sachant que la récente réorientation de la politique carcérale britannique doit inciter nos dirigeants à la réflexion et à entendre nos propositions. Espérons simplement que la directrice actuelle n’oubliera pas de prendre dans ses cartons tous les « Iznogoud » et autres courtisan(e)s qui la conseillent depuis 2013.

L’UFAP UNSa Justice, des idées, une parole, des actes….

Paris, le 30 août 2016

Le Secrétaire Général,

Jean-François FORGET.

300816 – UPRAD

Related posts