L’UFAP UNSa Justice s’assume Que chacun le fasse !

Si certains syndicats dits représentatifs mettaient autant de passion à combattre l’administration qu’ils en mettent à essayer de nuire à la 1ère Organisation Syndicale, nul doute que la pénitentiaire se porterait mieux ou à tout le moins, pas pire. Jamais de mémoire pénitentiaire, on a assisté à un tel déferlement de haine, de violences verbales, de manipulations via les réseaux sociaux allant même jusqu’aux menaces de mort envers des représentants du personnel, avec pour seul et unique objectif : l’UFAP UNSa Justice et plus particulièrement ses militants.

L’UFAP UNSa Justice est aujourd’hui devenue une cible à abattre, le syndicat responsable de tous les maux de la pénitentiaire ; RIEN QUE ÇA !

Il serait temps que chacun assume ses prises de position, que chacun assume ses revendications.

L’UFAP UNSa Justice assume pleinement ses choix et plus particulièrement quand il s’agit de ne pas exposer inutilement les Personnels. N’en déplaise à la CGT Pénitentiaire qui aujourd’hui crie au loup sur l’application du statut spécial. Là encore, elle préfère rendre responsable la première organisation syndicale du prononcé des sanctions et/ou mesures administratives (1/30ème) à l’encontre des collègues qui ont bravé l’interdit. Pire, selon leurs dires, elle a anéanti toutes « les velléités de poursuite de mobilisation ». Quelle organisation syndicale peut affirmer ne pas avoir été informée de la mise en application des sanctions, signature ou non d’un relevé de conclusions.

ETRE UN SYNDICAT RESPONSABLE, C’EST ASSUMER SES ACTES, SES PAROLES et surtout SES ECRITS,

Alors, ARRETEZ DE JOUER LES PLEUREUSES ET ASSUMEZ VOUS…

Ce n’est pas L’UFAP UNSa Justice qui a invité les Personnels Pénitentiaires au dépôt de clé général mais bien les autres OS en toute connaissance des sanctions encourues et qui aujourd’hui jouent les vierges effarouchées.

Ce n’est pas L’UFAP UNSa Justice qui a harangué les foules à coup de promesses en clamant « Vous ne risquez rien, ils n’ont qu’à révoquer les secrétaires généraux des organisations syndicales ».

Ce n’est pas L’UFAP UNSa Justice qui a incité les Personnels Pénitentiaires à se mettre en congés de maladie ordinaires mais là encore, les mêmes irresponsables et toujours en toute connaissance de la jurisprudence en vigueur en matière d’arrêts concertés pour motif médical.

ASSUMEZ VOUS… comme l’UFAP UNSa Justice le fait en apposant sa signature sur le relevé de conclusions, comme l’UFAP UNSa Justice le fait en saisissant, depuis la semaine dernière, la chancellerie sur les sanctions infligées à nos collègues.

L’UFAP UNSa Justice reste fidèle à ses valeurs et se refuse à pratiquer la surenchère syndicale, l’instrumentalisation des Personnels à des fins électoralistes, en vendant du rêve aux collègues, en leur faisant croire qu’ils décrocheront la lune et le pactole, sans pertes de salaire et sanctions.

Et surtout, que chacun assume ses priorités et prenne ses responsabilités !

A ces charmeurs de serpents, allez donc demander aux Personnels touchés dans leur chair ou pris en otage quelles sont leurs priorités : un relevé de conclusions axé sur la sécurité ou la catégorie « B » à titre posthume ?

Pour l’UFAP UNSa Justice, UNE SEULE PRIORITE, VOTRE SECURITE !

 

Paris, le 31 janvier 2018

Pour l’UFAP UNSa Justice

Les secrétaires Généraux

 

310118 l’UFAP UNSa Justice…que chacun le fasse

Related posts