MA NANTERRE SOUS TENSION

 

 

 

 

                                                 La Maison d’Arrêt de Nanterre : Sous tension

                                                                                                                      Nanterre, le 19 juin 2017      

                            Depuis le début de l’année 2017, la situation au sein de l’établissement devient de plus en plus ingérable pour le Personnel Pénitentiaire. L’UFAP- UNSa Justice tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme sur les  accumulations d’incidents au sein de la détention.

La Direction a l’obligation de réagir avant que cet établissement ne devienne une  poudrière …….Il est grand temps qu’elle prenne des décisions efficaces pour rétablir l’autorité du personnel en détention .

 Le vendredi 16 juin 2016, en fin de service de nuit, le gradé de nuit, les agents accompagnés des pompiers sont intervenus dans la cellule B 406, suite à un malaise d’un détenu.

Après le diagnostic des pompiers, qui ne nécessitait pas une extraction médicale,  ce dit détenu mécontent de cette décision, a saisi une arme artisanale et s’est littéralement acharné sur deux surveillants  en les blessant au niveau des mains.

Grâce à l’intervention rapide des surveillants et du gradé de nuit, l’agresseur a été maîtrisé et réintégré dans sa cellule.

Les Personnels sont devenus de véritables punching-balls d’une population pénale en constante augmentation . C ‘est INADMISSIBLE ET INTOLÉRABLE !!!

Le même jour , les Personnels ont dû intervenir sur  la zone-cuisine et sur la cour de promenade d’un Bâtiment suite à des violences physiques entre des détenus : Deux extractions médicales ont été mises en place avec des Agents en Poste Fixes.

 Le sous-effectif en personnel, le mode dégradé, la surpopulation pénale (1070 détenus hébergés pour une capacité de 590 places), les problèmes récurrents de cantines , etc… sont autant de facteurs de la recrudescence des agressions.

Il est grand temps que l’Administration Pénitentiaire réagisse et dote cet établissement en effectif suffisant afin que les personnels de surveillance puissent travailler dans de meilleures conditions.

L’UFAP-UNSa Justice exige que service de nuit se fasse systématiquement à 10 agents car l’intégrité physique et morale des Agents doit être la priorité des priorités de notre Administration.

L’UFAP-UNSa Justice exige des sanctions disciplinaires et  pénales exemplaires à l’encontre de ce détenu.

 L’UFAP-UNSa Justice demande une assistance juridique, psychologique pour nos collègues et leur  souhaite un prompt rétablissement.

 

                                                                                   Le Bureau Local

Related posts