MA NÎMES: LE CAPITAINE REGARDE COULER LE BATEAU…

A l’image de Francesco Schettino (Costa Concordia), notre directeur est déjà sur la plage et regarde couler notre maison d’arrêt qu’il à adroitement mené au naufrage.

Par ces choix « judicieux » , le cap à été mis vers une gestion des personnels « à la trique » et une gestion très souple de la détention en acceptant presque tout ce que les détenus peuvent demander.

La seule phrase que notre capitaine répète à l’envie c’est : « la réglementation le prévoit ».

Effectivement, mais à quel prix pour les personnels sous les ordres d’un capitaine qui depuis son arrivée à la barre navigue à vue.

Les aptitudes demandées pour ce poste ne sont pas difficiles, ignorer les souffrances morales et physiques de ceux qui travaillent et acheter la paix sociale à n’importe quel prix.

Lorsque les agents sont malmenés, insultés ou menacés, le capitaine tourne la tête et se bouche les oreilles pour ne pas entendre.

Après les problèmes de Valence, la priorité de l’administration semble être de mettre en place pour calmer les tensions de cet établissement difficile un chef plus préoccupé par le bien-être des détenus que par la sécurité et la santé des personnels … Même si la réglementation le prévoit !!!

Alors que de nombreux postes sont vacants, que d’autres vont le devenir et que les mutations de surveillants vont finir de vider les effectifs, notre capitaine lui, va voguer vers d’autres océans surement plus intéressants pour lui.

Nous ne sabrerons pas le champagne (quoi que !) car la situation dans laquelle notre établissement se trouve est plus que préoccupante. Mais l’UFAP/Unsa Justice continuera de proposer des solutions et de tenter de redresser le CAP avant un destin façon TITANIC !!!

 

Nîmes, le 18/01/2017

Pour le Bureau Local UFAP UNSa Justice de la MA Nîmes

Related posts