Merci aux Personnels Administratifs mobilisés !

11 janvier 2018  le centre pénitentiaire de Vendin Le Vieil est le lieu d’une tentative d’assassinat sur des collègues personnels de surveillance.

Cet acte terroriste a été un véritable détonateur d’un mouvement national  plein d’humanité pour demander une réelle révolution de nos conditions de travail  en matière de sécurité.

L’UFAP UNSa Justice a immédiatement soutenu le mouvement local, puis porté au plan national les légitimes revendications des personnels.

Rapidement relayé dans les médias, notre mal être professionnel a trouvé un large écho face à nos problèmes de gestions de comportements asociaux d’une partie de la population pénale.

Il n’est pas, dans certaines conditions,  irresponsable de partir en mouvement social dans les situations critiques. L’UFAP UNSa Justice a fait ce choix !

Les Administratifs ont participé à l’action dans de nombreux établissements. Cette solidarité, je tenais, en mon nom et au nom de l’UFAP UNSa Justice, à la mettre en lumière. Merci aux administratifs d’avoir contribués au mouvement ! Vous avez,  nous avons, tous porté  notre vision de notre syndicalisme multi catégoriel avec honneur.

Malheureusement, l’actualité a dramatiquement rattrapé le sujet des agressions majeures : Mont de Marsan, Tarascon, Borgo… autant de lieux de travail qui résonnent comme de lieux de crimes sur des fonctionnaires pénitentiaires.

Loi des séries ou limite d’un système ? La vérité éclate au grand jour : gérer la détention demande aujourd’hui plus de moyens humains, matériels et architecturaux.

Tout cela à un coût mais qu’importe ! Pour l’UFAP UNSa Justice, la vie d’un Personnel pénitentiaire prime sur l’arithmétique et va bien au-delà des priorités budgétaires.

Alors OUI, l’UFAP UNSa Justice a fait des propositions concrètes en matière de prise en charge de la population pénale (TIS, Intégriste, Violente) afin de limiter cette insécurité qui empoisonne nos détentions.

Vendredi 19 janvier 2018,  les réseaux sociaux s’affolent en relayant  tous azimuts  des demandes indemnitaires et statutaires. Les mêmes, qui aujourd’hui dénoncent les primes à l’agression et lancent le sujet : se faire du pognon sur le malheur des collègues ! Et par la même occasion revendiquent un mouvement purement et uniquement de « surveillants ».

Pourtant, l’annonce de la création de 1100 postes de surveillants et une prise en charge de la population pénale « dangereuse » au sens large a également des conséquences pour les administratifs. De l’ENAP aux établissements, nous sommes présents pour rendre possible l’accueil des collègues  en tenue ainsi que leur déroulé de carrière, sans oublier les administratifs qui œuvrent au contact de la population pénale. Voilà aussi la vérité !

C’est dans ce contexte que l’UFAP UNSa Justice a saisi le Directeur de l’Administration Pénitentiaire le 29 janvier 2018 d’une revendication nationale pour les administratifs : la mise en œuvre d’organigrammes.

Cette mesure, évoquée dès le début des négociations et non au final, est pourtant bien la première étape afin de se projeter dans une mise à niveau des effectifs. La lutte contre l’épuisement au travail et l’écrêtage des heures…ce n’est pas du  « bidon » !

Si l’administration veut faire tourner l’institution pénitentiaire, il faut également des administratifs.

La revendication des moyens humains est une priorité pour l’UFAP UNSa Justice, même si cela n’exonère pas le champ des doléances salariales et indemnitaires. Nous continuerons à agir dans ce sens !

 

Pour l’UFAP UNSa Justice,

Le secrétaire national

Fabrice Bégon

Tract PA 010218

Related posts