MISSIONS PSE L’UFAP UNSa JUSTICE EXIGE DE MEILLEURES CONDITIONS D’EXERCICE !!!

L’UFAP UNSa Justice a été reçue en multilatérale, afin d’aborder les conditions d’exercice des personnels de surveillance en SPIP et dans les pôles centralisateurs.

En préambule, l’UFAP UNSa Justice, a rappelé les engagements pris il y a plus d’un an concernant l’arbitrage de la résidence administrative des agents exerçant en pôle qui pour le moment, relève tantôt de la Direction Interrégionale, tantôt des établissements pénitentiaires.

L’UFAP UNSa Justice a demandé que la formation des agents en pôle ACP et SPIP soit totalement revue et a proposé qu’une véritable formation adaptation à l’emploi soit mise en place pour les personnels rejoignant les pôles. En effet, les 4 jours de formation proposés par l’Administration sont largement insuffisants, tout comme les 2 jours facultatifs en SPIP !…

Pour que l’agent soit correctement formé à son nouveau poste, qu’il appréhende ses nouvelles missions sereinement, l’UFAP UNSa Justice demande à ce que cette formation :

  • Se réalise sur une période de 10 jours consécutifs ;
  • Comprenne obligatoirement un module de 2 jours en SPIP pour accompagner un agent PSE et connaître la procédure de placement
  • Une formation séquoia renforcée avec une période de doublure
  • Intervienne en amont du départ de l’agent remplacé

L’UFAP UNSA Justice s’est insurgée de l’accueil minimaliste des personnels administratifs affectés dans les Pôles sous le prétexte de leur petit nombre. Nous avons dénoncé cet état d’esprit, réclamé l’individualisation de l’accueil et la mise en œuvre de formations en fonction des besoins qui sont tout à fait réalisables et indispensables!

L’UFAP UNSa Justice a rappelé son opposition « au profilage » du poste d’agent PSE. Pour la 1ère O.S de l’AP, c’est une des facettes du métier de surveillant !

La DAP a ensuite présenté le contenu du questionnaire devant être remis à 95 surveillants PSE, afin d’obtenir, selon ses dires, un échantillon « représentatif » d’avis des agents. Pour l’UFAP UNSa Justice, ce « pseudo » échantillon est insuffisant et nous l’avions déjà dénoncé lors de la bilatérale du printemps ! Notre Organisation a donc réitéré sa demande concernant l’élargissement du questionnaire aux 270 agents concernés. La DAP semble nous avoir entendue sur ce point, puisqu’elle a déclaré qu’il serait envisageable d’étendre ce questionnaire, bien que, selon elle, la totalité des données ne sera pas exploitable.

Prenant toute la mesure des difficultés rencontrées par les personnels de surveillance exerçant en SPIP, l’UFAP UNSa Justice a exigé des réponses concernant :

La demande de doublement systématique des agents PSE exerçant seuls sur leur SPIP ! La DAP a assuré avoir pris les mesures nécessaires, puisqu’à ce jour, seuls 5 SPIP sont encore dans cette situation. Si notre Organisation salue cette avancée, elle demeure ferme concernant la résolution totale de cette difficulté.

  • Les placements des PPSMJ à risques : Sur ce point, l’Administration nous a informée qu’une série de notes viendrait cadrer ces interventions.

En conclusion, l’UFAP UNSa Justice, salue la volonté de l’Administration Pénitentiaire de valoriser et de mieux encadrer le métier de surveillant en pôle centralisateur et SPIP. Toutefois, de nombreuses améliorations restent à apporter, particulièrement au regard de la formation et des conditions d’exercice.

L’UFAP UNSa Justice, une détermination à agir !

 A Paris, le 21/10/2016

Pour l‘ UFAP UNSa Justice

Emmanuel CHAMBAUD

Fabrice BEGON

Jérémy RIVIERE

Sonny BERTHOL

Franck DEFONTAINE

211016-mission-pse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Related posts