MUTINERIE À POITIERS-VIVONNE – Il est grand temps que nos politiques prennent la mesure de la situation !!!

Le constat est accablant…, Une mutinerie d’une cinquantaine de détenus pendant près de six heures, a été maîtrisée hier au Centre Pénitentiaire de Poitiers-Vivonne (Vienne).

Ils « ont tout cassé à l’intérieur », Les dégâts sont impressionnants, le bâtiment Centre de Détention est ravagé.

L’UFAP UNSa Justice avait pourtant dénoncé, ces derniers mois, une gestion archaïque, dénuée de bon sens. La Politique laxiste de l’Administration Pénitentiaire, ou le détenu est « ROI », pendant que les victimes sont souvent ignorées, laissant un constat d’immenses gâchis et de dégoûts pour les Personnels Pénitentiaires.

La mutinerie a débuté vers 17 heures, lorsque des détenus « sont parvenus à s’emparer du trousseau de clés du surveillant d’étage, qui a pu s’extraire de la coursive sans être blessé. Les détenus ont alors provoqué un départ d’incendie, entraînant d’importants dégagements de fumée et ont dégradé les moyens de vidéo surveillance ».

Les Equipes Régionales d’Intervention et de Sécurité (ERIS) et la Gendarmerie Nationale sont intervenues vers 20h30. La situation a été maîtrisée aux environs de 22h15.

Le centre de Vivonne, inauguré en 2009, est un établissement mixte, ultra-moderne, combinant Maison d’Arrêt (305 places) et Centre de Détention (271 places). Abdelkader Merah, frère du tueur jihadiste Mohamed Merah, qui a été renvoyé devant les Assises pour complicité d’assassinats et association de malfaiteurs terroriste à caractère criminel, figure au nombre des détenus de Vivonne.

L’UFAP UNSa Justice félicite les Agents du Centre Pénitentiaire pour avoir surmonté courageusement cette situation qui aurait pu connaître une grave issue. Une fois de plus les Personnels Pénitentiaires de tous grades ont démontré leur solidarité et leur unité dans ces moments difficiles.

L’UFAP UNSa Justice remercie également l’ensemble des sapeurs-pompiers ainsi que les très nombreux gendarmes mobilisés à cette occasion pour sécuriser le périmètre de l’établissement.

Par contre, l’UFAP UNSa Justice dénonce l’attitude inacceptable de la direction locale. Aucun débriefing, les agents ont été traités comme des « chiens » sans réelle prise en charge, bien qu’ils soient restés en service jusqu’à tôt ce matin. Il est vrai qu’il fallait s’occuper de ces petits chérubins !

Cette réaction finalement ne nous surprend pas. Elle est dans la lignée de la gestion ubuesque de nos prisons, alors que le gouvernement annonce un durcissement des conditions de détention de certains détenus, on dépense sous le couvert de la prise en charge du terrorisme pour offrir des activités de bien-être (stage d’équitation escrime, char à voile, calinotherapie etc…) à ces voyous sans Foi ni Loi.

Pendant ce temps-là, ce sont les Personnels et nos concitoyens qui « morflent ». Cette parodie a assez duré, il est temps que cela change et que nos décideurs comprennent enfin que la Prison n’est pas un centre de thalassothérapie ou de remise en forme, voire un couvent ou un lycée pour jeunes filles.

Dans ses interventions et ses écrits, l’UFAP UNSa Justice ne cesse de tirer la sonnette d’alarme ! La liste des incidents s’allonge quotidiennement. Notre institution est en danger ! …

POLITIQUES de TOUS BORDS, ARRÊTEZ LE PING-PONG LEGISLATIF ! PRENEZ DES DECISIONS ! RENDEZ AUX PERSONNELS PENITENTIAIRES LEUR AUTORITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL SECURITAIRES.

Paris, le 13 septembre 2016

Pour l’UFAP UNSa Justice

Les Secrétaires Généraux

130916-mutinerie-a-poitiers

Related posts