Nouvelle « Boulette » de la directrice adjointe…- Strasbourg MA

Ce mardi, un détenu a mis le feu à sa cellule. Les agents sont intervenus comme ils devaient le faire, le détenu a été emmené à l’UCSA, puis a été vu par le personnel médical local et celui du SMPR… 

Verdict : placement de l’individu en cellule CPROU, pour sa sécurité. 

Le détenu ne souhaitait pas y aller ! 

Le détenu en question s’est alors débattu et a essayé de se taper la tête contre les murs ! Les personnels ont néanmoins réussi à l’emmener, tout en le maîtrisant afin d’éviter qu’il ne se blesse. Le tout sous le regard inquisiteur de la « contrôleuse locale du CGLPL » : la directrice adjointe ! 

La « contrôleuse » a soudain été prise elle aussi d’une « crise » ! 

Alors que les surveillants rentraient l’individu dans la cellule, « madame » a surgi telle une furie et s’est mise à invectiver un surveillant, car elle n’ appréciait pas les propos que notre collègue avait tenu au détenu. La scène s’est déroulée sous le regard médusé de l’ensemble des personnels présents et… du détenu ! 

Il faudrait que « zorro » revoie ses cours de management… 

Madame la directrice, si l’UFAP/UNSa Justice conçoit très bien que vous ne soyez pas toujours en accord avec ce que peuvent dire ou faire les agents, il n’en va pas de même quant à vos méthodes pour le faire savoir… Faites preuve de contrôle, d’intelligence, montrez l’exemple et évitez de vous donner en spectacle devant la population pénale ! 

Jamais vous n’avez pensé à vous entretenir en tête à tête avec l’agent qui, à vos yeux, n’a pas agi correctement ? Non ?… Alors replongez-vous d’urgence dans vos cours de management !  

Ne reprochez pas aux autres ce que vous êtes incapable de faire vous-même ! 

Permettez-nous de vous rappeler certains principes 

Madame la directrice adjointe, l’UFAP/UNSa Justice vous rappelle que lorsqu’il y a un incendie en cellule, il est du devoir de l’encadrement de faire prévenir les pompiers. Même si nous savons tous que dans 99 % des cas il sera circonscrit par le personnel. C’est certainement pour cela que… les pompiers n’ont pas été appelés sur cet incident du 15 Novembre ! 

Sauf que le déplacement des pompiers est quand même nécessaire, ne serait-ce que pour vérifier le taux de monoxyde de carbone un peu partout ainsi que ce qui a été inhalé par les personnels et les PPSMJ. Les surveillants apprennent cela à l’ENAP… 

Décidément, madame le directrice adjointe semble avoir fait l’impasse sur beaucoup de cours ou ne pas avoir acquis certaines notions. Il va falloir qu’elle se rattrape sur la formation continue !

Strasbourg, le 15/11//2016

Le Bureau Local

Related posts