Prise d’otage à la maison centrale d’ENSISHEIM

Les Personnels de la maison centrale d’Ensisheim ont subi une énième prise d’otage, acte violent et traumatisant.

Dimanche 4 juin, en fin de journée, deux détenus dont le dénommé DORFFER alpaguent notre collègue et lui piquent ses clefs ! Ils ouvrent la cellule d’un troisième individu qui va rapidement s’occuper de la vidéosurveillance.

Plus de son et plus d’image pendant six heures,

UNE ETERNITE SANS NOUVELLES DE NOTRE CAMARADE…

En effet, le GIGN est arrivé vers 23h30, le temps de mettre en place leur dispositif, le négociateur établit le  contact vers 2h du matin.  Un peu avant 6h, notre collègue a été relâché et la reddition des preneurs d’otage s’est effectuée dans le calme.

 L’union régionale UFAP apporte tout son soutien à Christophe et espère qu’il surmontera rapidement le traumatisme causé par cet acte lâche et inqualifiable.

L’union régionale UFAP salue le sang-froid et le professionnalisme des Personnels de la centrale d’Ensisheim, des ERIS et de tous les acteurs présents lors de cette intervention.  

DORFFER en est déjà à sa cinquième prise d’otage !

Cinq vies ont basculé à jamais à cause de lui…

L’union régionale UFAP exige la création d’établissements spécialisés pour gérer ce genre d’individu.

Qu’attend l’administration pour isoler totalement ce type de profils dont la dangerosité n’est plus à démontrer ?

 

                                                                                                                                              lundi 5 juin 2017,

Pour l’union régionale,

Les secrétaires généraux,

Related posts