PRISE D’OTAGE A LA MC ENSISHEIM DIMANCHE 4 JUIN 2017

Ça va durer encore longtemps ?!?

Si la prise d’otage de Personnels Pénitentiaires par détenus était une discipline olympique, nul doute que le détenu DORFER de la MC Ensisheim serait champion hors catégorie !… Pas moins de cinq prises d’otages en six ans !…

Sérieusement, ça va durer encore longtemps ces « conneries » ?!?…

De prime abord, l’UFAP UNSa Justice apporte son soutien à notre camarade Christophe, pris en otage pendant plus de 10 heures et lui souhaite un prompt rétablissement.

L’UFAP UNSa Justice salue son sang-froid et le professionnalisme des Personnels de la MC Ensisheim, des ERIS, sans oublier de saluer l’ensemble des acteurs intervenu pour la reddition des trois détenus.

La prise d’otage est un véritable traumatisme pour celle ou celui qui la subit, comme pour leur entourage !… Elle a aussi des répercussions sur leur quotidien et tout simplement sur leur vie.

Notre Organisation Syndicale sait d’ores et déjà que la DAP ne leur sera pas d’un grand secours !…

DÉPLORABLE !… PITOYABLE !… LÂCHE !

Les Personnels ne sont pas de la chair à canon que l’on envoie au front, au sacrifice pour masquer l’indigence ou l’absence de réelle volonté politique de s’emparer de l’urgente question de la création de structures adaptées au profil des détenus !

Cette revendication de l’UFAP UNSa Justice ne date pas d’hier… 1992, vingt-cinq ans déjà que la Première Organisation Syndicale milite pour la mise en place de telles structures pénitentiaires !… Et, malheureusement, les faits nous donnent trop régulièrement raison…

Ces structures adaptées permettraient une prise en charge spécifique : régime de détention ajusté, conditions concordantes de sécurité, architecture coïncidente et effectif présent en surnombre constant.

L’effet bénéfique induit serait aussi, en fonction des profils écroués, de donner la possibilité réelle d’une réinsertion aux détenus volontaires, ayant enfin intégrés l’exigence des normes sociales et des conséquences graves en cas de non-respect.

L’UFAP UNSa Justice porte une vraie réflexion sur le sens de la peine !

L’UFAP UNSa Justice ne peut, bien entendu, pas affirmer que de telles structures éviteront tous les incidents. Cependant, notre Organisation Syndicale est convaincue qu’elles permettront une connaissance plus fine, plus juste des individus incarcérés. Les Personnels seront alors en mesure d’anticiper les difficultés de gestion et de prendre en amont les mesures utiles.

L’anticipation… tout le contraire de ce que fait la DAP !

Pour cela, faudrait-il encore que le renseignement permette enfin la maîtrise du risque et soit utilisé comme réelle aide à la prise de décision et non en simple atout politico commercial et médiatique !

Le détenu de la MC Ensisheim était, à n’en pas douter, très bien connu du Bureau Central du Renseignement Pénitentiaire.

Après le couac de la Mission Outre-Mer, ce nouvel incident vient à nouveau télescoper le déploiement en cours du Renseignement Interrégional.

Dans le cas présent, la déconcentration à outrance de l’activité de renseignement ne permet pas d’avoir une mémoire centrale capable de globaliser les éléments et analyses nécessaires à la définition de signaux avant-coureurs. Hier à Ensisheim comme dans de nombreux autres cas passés, une telle capacité aurait sûrement évité le drame !

L’UFAP UNSa Justice revendique une organisation du Renseignement Pénitentiaire autour d’un office central aux déclinaisons interrégionales et locales placées sous une autorité hiérarchique unique.

Alors OUI, mesdames et messieurs les « dirigeants », l’UFAP UNSa Justice vous adresse la question : ça va durer encore longtemps ces « conneries » ?!?…

Allez-y, passez la seconde !… Il est plus que temps de vous débarrasser de votre carcan idéologique !

L’UFAP UNSa Justice ne se fixe aucune limite de réflexion pour qu’enfin l’administration pénitentiaire et les Personnels qui la serve entrent de plein pied dans un service public moderne et rénové !

Alors, en marche vers l’évidence que l’ensemble des Personnels pénitentiaires exige : NOTRE SÉCURITÉ, c’est la PRIORITÉ !

 Paris, le 6 juin 2017

Pour l’UFAP UNSa Justice,

Le Secrétaire Général,

Jean-François FORGET.

060617 – Prise d’ otage MC Ensisheim – Ça va durer encore longtemps

Related posts