REFUS DE REINTEGRATION – ANGERS MA

Ce dimanche  4 septembre 2016, 60 détenus de la Maison d’Arrêt d’ANGERS ont refusé de regagner leurs cellules à l’issue de la promenade. Leurs principales revendications portaient sur les conditions de détention désastreuses et les commissions d’affectations nettement trop longues à les entendre !!! Tous ces détenus sont des prévenus et affectés dans le même bâtiment.

Les ERIS de RENNES  sont intervenus pour prêter main forte aux Agents, afin de faire réintégrer dans les meilleurs délais qui soient les mutins. Ce n’est que vers 22h00 que l’opération de réintégration se terminait. Une casse matérielle mineure est à déplorer et aucun agent n’a été blessé sur ce grave incident.

Cet incident n’est pas anodin sur plusieurs points et démontre bien la grande difficulté de fonctionnement dans laquelle est plongée la Maison d’Arrêt d’ANGERS depuis de longs mois maintenant.

Avec un taux d’encombrement qui dépasse l’entendement, une vétusté qui est décriée depuis de longues années par l’UFAP-UNSa Justice notamment et un sous effectif en personnel qui ne cesse de croître, tous les ingrédients sont réunis pour que ce type d’incident arrive ; Et estimons nous heureux qu’aucune violence n’ait été exercée sur un de nos collègues car dans ces moments de tensions, tous les débordements sont à craindre.

Les personnels pour leur part sont tout simplement à bout. Entre 15 et 20 jours de travail sans repos pour certains, des heures supplémentaires au-delà du raisonnable pour l’ensemble et un travail en détention axé uniquement sur l’urgence, voilà les conditions de travail déplorables des personnels pénitentiaires angevins.

Pourtant, l’UFAP-Unsa Justice n’a de cesse de tirer la sonnette d’alarme, mais rien n’y fait, l’Administration  n’entend pas et ne se rend pas compte de l’état de fatigue des agents. Un nouvel organigramme validé localement et régionalement est depuis des années sur un bureau feutré de la DAP . Qu’attendent ils pour le mettre en application ?

Pour l‘UFAP-UNSa Justice, il y urgence à aider les agents en procédant à une vraie remise à niveau de l’effectif ( moins 14 agents ) sans quoi, le travail de base ne pourra être fait et de nouveaux incidents défrayeront la chronique. De nombreux postes sont découverts mais le planificateur n’a plus la possibilité de procéder à des rappels.

L’UFAP-UNSa Justice félicite l’ensemble des personnels pour l’excellent travail réalisé sur cette journée du 4 septembre, mais plus généralement sur l’effort fourni quotidiennement pour maintenir cet établissement la tête hors de l’eau.

L’UFAP-UNSa Justice remercie les ERIS de RENNES pour leur aide et pour la qualité de leur travail.

Même si des transferts ont déjà été réalisés hier dans la soirée, Il va de soit que ces mesures doivent être amplifiées sans quoi, l’UFAP-UNSa Justice saura prendre toutes ces responsabilités.

Le Secrétaire Local UFAP-UNSa Justice

le  5 septembre 2016.

 

Related posts