Une semaine ordinaire façon « Orange Mécanique » d’un détenu violent et ingérable dans une de nos geôles.

Encore une fois, les personnels de La Maison Centrale de Saint Martin de Ré ont subi la violence d’un détenu « ingérable ».

La semaine de ce personnage a commencé par un passage en Commission de Discipline à l’issue de laquelle il s’est automutilé et a agressé un personnel.
Suite à l’incompatibilité de son état de santé avec la cellule disciplinaire évaluée par un médecin, l’individu a été placé en détention quartier arrivant…
A ce moment-là, le personnel espérait, à minima de la part de l’Administration, un transfert rapide de l’agresseur !
Il n’en fut rien, la Direction Locale le plaça au Quartier Isolement.
Cette décision a permis à « l’ingérable » de détruire intégralement la cellule et seul un nouveau placement au QD a mis fin à ce déchaînement de violence.
Finalement après la visite du médecin, une Hospitalisation d’Office fut préconisée.
Enfin placé dans un Établissement de Santé, le vendredi soir, l’individu n’a pas stoppé sa semaine infernale car il en a profité pour prendre en otage un infirmier et s’évader.
Après quelques méfaits aux alentours de La Rochelle et un peu plus de 24h passées, les forces de Police ont interpellé le fugitif.
Suite à une Garde à Vue et à une levée d’Hospitalisation d’Office, nos collègues ont été à nouveau sollicités pour prendre en charge le détenu et le ramener paisiblement au Quartier d’Isolement de la Maison Centrale de Saint Martin de Ré.
La semaine infernale s’est ainsi achevée dimanche soir !

L’Ufap s’oppose aux extractions médicales avec des tenues d’intervention par les collègues de détention et exige le recours des Éris pour ces missions dangereuses.
L’Ufap s’interroge sur la cohérence des décisions médicales des hommes de science.
L’Ufap revendique toujours la création d’Établissements adaptés aux profils des personnes incarcérées et s’interroge sur le profil d’affectation au sein de cette Maison Centrale.
L’Ufap félicite tous les collègues en tenue qui subissent avec sang-froid et professionnalisme, la gestion critiquable des « Ingérables ».

L’Ufap exige dans des délais brefs un transfert de ce détenu au comportement dément.

Pour le Bureau Régional, le 20/06/17
Samuel BERHAULT

Related posts