UR de Bordeaux – Un palier est franchi, la tension monte chez les personnels de surveillance de la Nouvelle Aquitaine

Le mot d’ordre national de l’Ufap-Unsa Justice était la prise de service avec 15 minutes de retard, il fut largement respecté pour les Appels dans les geôles de notre région. 

La politique pénitentiaire de ces 10 dernières années gangrène les détentions, les tensions sont au maximum du tolérable. Le sang ne doit plus couler sur les coursives!

L’UR UFAP-UNSa remet en cause le manque de place de Prison, les personnels doivent faire fasse à une densification de détenus et gérer l’urgence avec les moyens du bord.

L’UR UFAP-UNSa remet en cause une vision comptable des ressources humaines par les gouvernements successifs, nous devons faire face à une dramatique pénurie de personnel.

L’UR UFAP-UNSa  remet en cause l’application abusive et dangereuse d’une partie des Règles Pénitentiaires Européennes sans bon sens, sans moyens financiers et qui augmente la tension, la pression des détenus envers les agents.

L’UR UFAP-UNSa  remet en cause  l’usage inefficace et déroutant des crédits du Plan de Lutte contre les Actions Terroristes.

Cette gestion catastrophique facilite les agressions dans nos prisons et fait régner un climat néfaste pour les détenus et surtout pour les personnels pénitentiaires. 

Sur la Région, nous venons de vivre la mutinerie de Vivonne, des prémices de révoltes de détention  sont ressenties, les agressions violentes deviennent quotidiennes et malheureusement les hautes sphères hiérarchiques semblent tétanisées devant la catastrophe arrivante.

Il est venu le temps de l’action pour notre Ministère, la présentation budgétaire doit être à la hauteur de l’enjeu carcéral. Le statut spécial n’arrêtera pas la fronde du personnel pénitentiaire.

Il faudra des années pour remettre en ordre la pénitentiaire, l’UR UFAP-UNSa Justice exige des moyens à la hauteur du défi.

Il faut savoir regarder le passé pour éviter que les événements tragiques de l’Histoire de la Pénitentiaire ne se répètent à nouveau.

Le 29/09/2016, pour l’UR UFAP-UNSa Justice

Samuel BERHAULT

ufap-nouvelle-aquitaine-29092016

 

Related posts