UR de Strasbourg – Détenus violents : la D.I. Botte en touche

Ce 29 septembre, un Comité Technique Interrégional s’est tenu à la DISP de Strasbourg… Valérie Decroix n’a pas répondu à VOS préoccupations… 

L’UFAP/UNSa-Justice Grand-Est, parallèlement au mouvement de protestation lancé dans toutes les structures de France, tenait à être présente à ce CTI afin d’obtenir de la Directrice Interrégionale des réponses aux violences et menaces dont sont actuellement victimes les Personnels Pénitentiaires.

 Le sujet a été abordé d’emblée par l’UFAP 

La gestion des détenus violents était pour nous un sujet prioritaire lors de ce CTI. Au vu de notre insistance, Valérie Decroix a finalement abordé la question, sans vouloir donner de véritables directives aux établissements sous son autorité, se défaussant sur l’Administration Centrale ou les directions locales qui, selon elles, sont aptes à décider de manière quasi-autonome de ce qu’elles peuvent faire ou non dans leurs établissements.

 Discussion stérile d’environ une heure… 

La prises en charge et la gestion adaptée des détenus violents a donc donné lieu à des échanges d’environ une heure, nous ramenant toujours à la même question : comment fait-on ? 

La réponse de la DI est restée invariablement la même : évasive, arguant du fait qu’elle n’avait rien de précis de l’Administration Centrale. Seule proposition de Valérie Decroix : la tenue d’un CTI sur le sujet début Décembre, mêlant également les radicalisés et le déploiement du PLAT en région… 

Attendre encore 2 mois est inadmissible ! 

Si plusieurs signalements graves ont débouché sur une réponse relativement rapide de la part de l’administration, rien de pérenne n’a été défini. Le suivi est au contraire aléatoire selon les directions. 

Or, il est plus qu’urgent d’obtenir des consignes claires afin d’harmoniser autant que faire se peut le traitement des détenus violents et protéger au maximum les Personnels de ces violences !

 L’UFAP a quitté la séance 

L’UFAP/UNSa-Justice, n’ayant pas reçu de réponse favorable de Valérie Decroix sur une prise en main urgente du sujet, a décidé de quitter le CTI en signe de protestation. C’EST INADMISSIBLE ! Non pas que les autres sujets abordés aient été sans intérêt… Mais nous estimons que la DI ne peut botter en touche comme elle l’a fait sur ce qui touche directement à l’intégrité physique des Personnels. 

La situation, encore une fois, est plus que préoccupante et mérite un traitement d’urgence !

Les réponses approximatives, les faux fuyants et la recherche perpétuelle de lampistes ont assez duré. Les agents sont en danger !

 Il nous faut du concret avant qu’un drame n’arrive ! 

Ecrouves le 30 Septembre 2016

Les Représentants UFAP en CTI

cti290916

Related posts