UR de Toulouse – Compte-Rendu du Comité Technique Interrégional du 19 Octobre 2016

Ce CTI avait la particularité d’être le premier placé  sous la présidence de M. SCOTTO, nouveau DISP de Toulouse.

Après la désignation du secrétaire de séance et les approbations des procès-verbaux antérieurs, l’UFAP UNSA Justice n’a pas tardé à faire valoir sa différence.

En effet, une nouvelle méthodologie de travail nous était proposée par le DI, réduisant à 3 le nombre de questions par OS.

Évidemment, cela semblait inconcevable tant les problématiques sur notre région sont multiples.

Fort d’un rappel des différents décrets et du règlement intérieur, L’UFAP UNSa-Justice a pu poser l’ensemble des questions qu’elle souhaitait aborder.

Un bilan des ACT avait été demandé, afin de s’assurer de la liquidation effective des crédits alloués à cet effet.

Une seule de ces opérations n’avait pu être consommée (sur VLM), et il était donc  nécessaire de réagir rapidement afin de ne pas perdre cette enveloppe-là.

Cette opération mal calibrée ne pouvait qu’aboutir à son annulation !

C’est ce que l’UFAP UNSa Justice dénonçait déjà lors de la dernière réunion des ACT.

Finalement, d’une besace bien remplie, il ne restait qu’un portefeuille troué.

Mais, là encore, nos mises en garde de l’époque avaient été perçues comme de l’opposition de principe. Aujourd’hui, cette opération mal ficelée et largement sous-évaluée qui ne peut aboutir prouve le bien fondé du positionnement de l’UFAP UNSa Justice!

Afin de ne pas priver VLM de travaux structurants, il a été décidé de se pencher sur la réalisation d’un appentis au niveau du mess.

Là aussi, et afin d’éviter  toute mauvaise surprise, il a été décidé de limiter la dépense à 10.000 euros maximum (ce qui est déjà très important !) Si dépassement il y a, d’autres projets seront très rapidement remontés et deviendront alors prioritaires.

Le point 3 concernait les questions des Organisations Syndicales :

3 pour FO, (déjà « formatée » par le DI),  et 7 pour l’UFAP.

La première thématique abordée par l’UFAP UNSa Justice concernait les problèmes d’effectifs des Personnels de Surveillance :

Nous avons appris que la DISP disposerait pour la CAP Janvier 2017 du chiffre exceptionnel de 18 postes et que cette richesse (toute relative…) serait priorisée en fonction du taux de couverture des postes des différents établissements.

Ainsi, se verraient attribuer des postes :

TARBES (taux couverture actuel 84.38%)

MA FOIX (90.9%) ;

CP BEZIERS (93.6%) ;

CP PERPIGNAN (93.6%) ;

MA MONTAUBAN (93.7%) ;

MA VLM (94.7%)

CP SEYSSES (98.6%) ;

MA NIMES (96.9%)  (justifié par le taux d’encombrement le plus important de France).

CP MURET (95.6%) du fait de la mise en service des Parloirs et de l’UVF, dans l’attente de la création de postes allant avec.

Le delta de 18 postes n’est pas complètement figé, mais s’il tendait à évoluer, il irait exclusivement aux établissements cités ci-dessus et non à d’autres structures.

L’UFAP UNSA-Justice  a alors attiré l’attention sur le risque d’ouvrir des services sans la création préalable des postes nécessaire, où une situation provisoire pourrait se transformer en une situation pérenne.

Malgré cela, le DI décide d’ouvrir ces nouvelles structures et s’engage à obtenir les créations de postes adéquates par la suite.

Concernant les PREJ de Béziers et Nîmes, le DI nous a confirmé un effectif de 37 agents pour Béziers et de 34 agents pour  Nîmes, mais il n’a pas été en mesure de nous donner plus d’informations quant à leur date de mise en fonction.

Concernant les projections sur le CP de Béziers, L’UFAP UNSa Justice  a  rappelé les engagements de la direction locale concernant les travaux de sécurisation du glacis, qui devaient démarrer en 2016. Or, à ce jour, la population pénale continue de se faire ravitailler quotidiennement et des couteaux circulent en détention. Le D.I nous a répondu que l’appel d’offre concernant les travaux était bel et bien lancé et que les travaux allaient bientôt démarrer.

Actualité oblige, L’UFAP UNSa Justice a souhaité revenir sur l’annonce du nouveau plan immobilier annoncé dernièrement par le gouvernement.

Finalement, rien de plus que ce que nous savons déjà.

Des réunions en préfectures et ailleurs sont déjà en cours afin de faire un état des lieux des terrains disponibles appartenant à l’état. Ceci, dans une volonté d’aller vite et d’éviter au maximum toute mesure d’expropriation, longue et coûteuse.

Concernant la « future Maison d’Arrêt de Perpignan », (si elle devait se faire) la question de la création d’une Base PREJ reviendrait inévitablement à l’ordre du jour… Nous avons souligné que, même dans la situation actuelle, il était indispensable d’en créer une.

Apparemment, nous y verrons plus clair d’ici le 16 Décembre 2016.

Sur notre questionnement d’éventuelles unités dédiées sur la DISP de Toulouse, rien à ce jour, dont acte !

Concernant la modification de l’article 57 (loi du 3 juin 2016), le DI a donné instruction à tous les chefs d’établissement de se conformer aux nouvelles dispositions de la loi.

Concernant la demande de l’UFAP UNSa Justice de création de douches dans les cellules du Centre Pénitentiaire de Perpignan, le Directeur Interrégional nous a fait savoir qu’il avait fait remonter au niveau de la DAP ce projet comme une priorité.

Dans la continuité de ce qui avait été fait sur VLM.

C’est donc en bonne voie !

Nous avons enfin abordé le souci de la prolifération des punaises de lit sur le CP de Perpignan, qui exige des mesures immédiates afin d’éradiquer le problème et d’éviter d’infester d’autres établissements de la région.

Le DI nous a indiqué que des mesures locales allaient être prises et qu’il allait être fait appel à un  prestataire privé. Nous suivrons cette situation sanitaire grave de près.

Les Représentants Elus UFAP UNSa Justice au CTI de TOULOUSE

cti-19-octobre-2016

Related posts