UR Grand-Est – MIC-MAC à la Rémoise… !

Le 08 Janvier 2017, après 19h, en quittant son service de la maison d’arrêt de Reims, notre camarade Cédric a été victime d’une grave et violente agression.

En effet, il est monté dans son véhicule garé en face de l’établissement pour prendre la direction de son domicile. Quelques mètres plus loin il s’est fait doubler par une Clio qui s’est arrêtée avec les warning à l’entrée d’un rond-point, le conducteur est venu à sa rencontre, Cédric baissa sa vitre afin d’échanger.

L’individu l’a tout de suite insulté en ces termes :

« Espèce de fils de pute, descends de ta caisse, on va te niquer ta mère ! »

Cédric, par réflexe, a donc réussi à enclencher la marche arrière tandis qu’un deuxième individu qui se trouvait côté passager s’est lui aussi approché pour finalement fracasser son pare-brise à l’aide d’une barre de fer.

Notre camarade est parvenu à faire demi-tour pour se sortir de ce « guet-apens » puis s’est dirigé aussitôt au commissariat de police au sein duquel il a déposé une  plainte après avoir fait constater les dégâts sur son véhicule.

Courageusement, par professionnalisme et par solidarité envers ses collègues, Cédric est rapidement revenu travailler en dépit de la violence à laquelle il a été confronté lors de son trajet travail-domicile.

La Direction Locale n’a même pas pris la peine de le recevoir !

Il a été d’autant plus stupéfait de constater sur origine qu’il était Placé en C.M.O. alors qu’il aurait dû être pris en charge sous la forme d’un Accident de Travail »

Là où le manque de considération atteint son summum c’est lorsque notre camarade rencontre fortuitement le Chef d’Établissement dans la cour d’honneur, qui EN GRAND MANITOU, lui affirme que sa situation relève d’une gestion en Congés Maladie Ordinaire et que l’agression n’a strictement rien à voir avec l’établissement…!

Monsieur le Chef d’Établissement, comment comprendre vos décisions et votre positionnement ? La réglementation est pourtant on ne peut plus clair…. !

Cédric aurait dû être pris en charge et positionné en Accident de Travail…

L’union régionale UFAP Grand-Est condamne le mépris que vous avez à l’égard  de vos Personnels !

Nous exigeons que vous traitiez ce dossier comme il se doit. Charge à vous de rectifier le tir afin de régulariser rapidement cette situation!

 « LES ACTES SONT PLUS FORTS QUE LES MOTS »

 Mercredi 01 février 2017,

Pour l’union régionale,

Les secrétaires généraux,

Mic-Mac à la Remoise

 

Related posts