UR Grand-Est – Visite de la M.A. de REIMS

Jeudi 12 janvier 2017, accompagnés de nos représentants locaux, nous avons visité la Maison d’Arrêt de Reims et avons échangé avec l’ensemble des personnels en exercice ce jour sur cette structure.

Un constat bien triste et sans appel !!!

La MA de Reims ressemble à tout, sauf à un établissement pénitentiaire digne de ce nom !

Et malheureusement, seuls les personnels en paient le prix fort. Ils sont bel et bien embourbés dans cette fosse à purin !

Une structure atypique où rien n’est fait pour la sécurité!

  • Un contrôle des entrées et sorties très relatif et limité …y compris pour les détenus en aménagement au Quartier Semi-Liberté !
  • Des mouvements en détention sans aucun encadrement faute de personnel …
  • Des circulations encombrées par divers objets jusqu’au Quartier Disciplinaire !
  • Des dispositifs de sécurité défaillants (concertinas), mal positionnés (portique de détection métallique) ou carrément manquants (vidéosurveillance) !
  • Plusieurs zones de la détention pouvant être qualifiées de véritables coupe gorges (fouilles parloirs, sas promenades…)
  • Une population pénale se déplaçant où elle veut, comme elle veut et quand elle veut… !!!
  • Des parloirs dans un état déplorable tant pour les personnels que pour les familles…
  • Une sectorisation inexistante et inefficace.
  • Une gestion des effectifs en mode dégradé au quotidien…
  • Une salle de « repos » (service de nuit) qui a tout du placard à balais !
  • Une hygiène générale des locaux laissant sérieusement à désirer…
  • Etc, etc …
  •  Nous avons rencontré et longuement échangé avec le chef d’établissement…

 Cette situation déplorable pour les personnels est connue et reconnue  par le PREMIER RESPONSABLE de cette structure !

 En effet, l’ensemble des éléments cités au préalable, constat réel et inacceptable d’un établissement à la dérive, n’ont à aucun moment ému cet éminent responsable local.

Il n’a eu de cesse de se dédouaner ou a simplement confirmé les dysfonctionnements que nous avons pointé du doigt et dénoncé avec fermeté !

Tel un bon politicien, pour seules réponses :

« Vous avez entièrement raison…, c’est regrettable…, oui c’est vrai …, cela fait des années que je le dis …, j’entends ce que vous dites…, oui mais …, oui ceci … et oui cela …!!!!! » 

Cette position affichée, affirmée et bien assumée par ce chef d’établissement en charge de cette structure depuis 15 longues années est tout simplement : 

Surréaliste,  inconcevable et inadmissible !!!

Néanmoins, devant notre détermination et nos interrogations légitimes, il s’est finalement engagé à effectuer plusieurs travaux peu coûteux et pourtant nécessaires tels que :

  • Le démontage du préau de la cour de promenade des mineurs, dont le toit en « plexiglass » est dégradé, permettra d’améliorer la visibilité sur celle-ci tout en privant aussi les détenus de confectionner des armes artisanales…
  • La pose de « concertinas » sur le haut des murs de cette même cour ne permettant plus aux détenus d’y grimper, d’y stationner et d’y organiser des échanges avec les autres promenades, limitant également les tapages…
  • Le désencombrement des circulations (chariots, escabeaux et autres…) jusqu’au Quartier Disciplinaire.
  • La mise en paiement de la pause méridienne pour les agents du Quartier Mineurs.
  • La mise en place de réunions de synthèse avec les équipes de détention et ce dès février 2017. 

ENFIN, L’ESPOIR  d’une P.E.P.  efficiente et ergonomique 

Il nous a indiqué qu’un projet concernant la porte d’entrée était à l’étude et tout proche lui aussi d’aboutir …

Nous serons et resterons bien évidemment attentifs à la bonne réalisation de ces différents engagements, lui rappelant que:

« LA PAROLE VAUT L’HOMME »

Nous gardons à l’esprit qu’il y a encore beaucoup à faire et sommes convaincus que le compte n’y est pas. Les conditions de travail ne redeviendront acceptables que lorsque l’autorité des personnels sera rétablie et réelle ! 

Il sera nécessaire d’assurer l’encadrement de tous les mouvements, d’affecter un personnel sur chaque poste de détention STOPPANT AINSI LE MODE DEGRADE !!!

Il faudra absolument revoir les méthodes managériales, tout en redéfinissant un mode et des espaces de communication …où tous les personnels pourront s’exprimer !

Le chef d’établissement devra obligatoirement s’employer à fixer et tenir une politique disciplinaire ferme et rigoureuse. En effet,  Il y a une différence entre « détenus poursuivis et détenus sanctionnés», il en va de la  considération et du soutien sans faille envers les Personnels.

Il est indispensable d’impulser une nouvelle dynamique constructive sur ce site afin que les personnels puissent enfin travailler en toute sécurité et en toute dignité.

Cet établissement mérite mieux, à bon entendeur…

lundi 16 janvier 2017,

Pour l’union régionale,

Les secrétaires généraux,

Visite MA Reims

 

Related posts