URGENCE SIGNALÉE, VOUS ATTENDEZ QUOI… ???

Tandis que les personnels du CP Bordeaux se démènent à faire tourner leur « boutique », d’autres semblent être à mille lieux de la réalité ou prennent avec légèreté les faits qui leur sont relatés.

Combien d’agents faudra-t-il au tapis pour que les choses soient traitées comme elles devraient l’être? Un manque de discernement semble planer sur une hiérarchie qui se veut bienveillante en « on » mais qui en « off » banalise les violences, les actes délictueux, les insultes, les trafics. Tout est devenu légion sans que rien ne soit fait.

Lorsqu’il s’agit de sécurité, la plupart du temps les talons sont vites tournés, la fuite en avant se fait, tant pis pour ceux qui restent, ils assumeront l’incompétence de ceux qui pourtant sont là pour veiller à leur bonne intégrité.

Les personnels se sentent usés, ils sont au bout de tout entendement, ils n’ont plus que leur courage pour exercer leur mission, l’implosion guette.

Des décisions doivent être prises, il y en a assez de compter les collègues traumatisés, esquintés physiquement et psychologiquement. Vous les dirigeants, fonctionnaire de votre état comme vous aimez nous le rappeler et nous le faire avaler, est-ce vous qui subissez, est-ce vous qui rentrez flingués, dézingués le soir chez vous… ??? Est-ce vos épouses ou bien vos enfants qui vous regardent avec inquiétude ne sachant que faire pour apaiser vos maux… ??? La détresse vous ne la connaissez sûrement pas.

Alors oui, il est grand temps que vous agissiez à remettre l’ordre là où il se doit être remis, fini la complaisance du sursis, fini la remise en cause de certains écrits, fini la non prise en compte des informations qui éviteraient certainement bon nombre de déconvenues que subissent de plein fouet les personnels de première ligne.

Que vous dire de plus au travers de cet écrit … nous n’énumérerons pas les agressions et les divers incidents qui perdurent depuis un certain temps sur cet établissement, vous en avez connaissance, peut-être simplement vous dire qu’il est important de reconnaître les choses et d’y remédier avant qu’un acte grave et irrémédiable ne survienne.

Pour l’Union Régionale UFAP de Bordeaux il n’est pas question de vous cracher son venin à la figure, il est question de vous dire combien nous tenons à l’ensemble de nos collègues et à leurs conditions de travail, et donc vous alerter une ultime fois sur la descente aux enfers à laquelle nous assistons.

Le 16 octobre 2017 Pour le bureau Régional Ufap

Thierry Not

Related posts