Visite GDS – Angers MA

Angers, le 17 novembre 2016

DEPLACEMENT DU GARDE DES SCEAUX A ANGERS

Suite à la visite (au pas de charge) de notre structure, Jean-Jacques URVOAS, Ministre de la Justice a rencontré les organisations syndicales locales.

Etaient également présents, M. Charles GIUSTI (DAPA), M. Yves LECHEVALLIER (DISP), Mme Béatrice ABOLLIVIER (Préfet du Maine-et-Loire) et les directeurs de la maison d’arrêt et du SPIP 49.

L’UFAP a entamé la conversation en demandant au Garde des Sceaux de ne surtout pas se fier à l’état de propreté de l’établissement ainsi que la maxi couverture des postes en galerie, ce jeudi après-midi ne reflétant absolument pas notre quotidien. Nous en avons profité pour redemander l’élévation de l’effectif (passage de 97 à 104 surveillants) en exposant à nos interlocuteurs les difficultés, tant physiques que morales, engendrées par l’accumulation d’heures, les rappels, les agressions, etc.…

Mais, M. URVOAS est, avant tout, venu dans notre établissement pour annoncer la fermeture de celui-ci et l’ouverture d’une nouvelle maison d’arrêt à Trélazé. Le député-maire de Trélazé, Marc GOUA, a fait dire que les propriétaires actuels étaient prêts à vendre à la collectivité 23 hectares de terrain (bien que l’Administration n’en ait besoin que de 15) et Mme le Préfet nous a assuré que l’emplacement choisi ne se trouvait ni dans une zone inondable ni une zone humide (tout le monde se souvient d’Orléans). Les crédits pour l’achat sont déjà dégagés par le Ministère, l’acquisition du terrain devrait se faire fin 2016 ou début 2017. Pour la DAP, la livraison du bâtiment pourrait avoir lieu en 2023 (autorisations administratives et 2 ans de construction), mais pour Mme ABOLLIVIER, cela peut aller plus vite (2020-2021)

L’UFAP a alors interrogé le Ministre quant à la capacité d’accueil de ce nouvel établissement, en indiquant que la faveur de notre syndicat au niveau national va plutôt vers les petites structures. M. URVOAS semble avoir le même penchant et est pour l’encellulement individuel. L’UFAP a demandé une capacité de 450 à 500 détenus (plutôt que 685) ainsi qu’une architecture «ouverte», c’est-à-dire un lieu de travail où l’humain tient encore un rôle prépondérant.

Pour finir cette rencontre, nous avons parlé de l’avenir de notre vieux bâtiment et suggéré à nos dirigeants de réhabiliter celui-ci pour le transformer en quartier de préparation à la sortie (QPS) et l’intégrer au programme des 28 annoncés par Manuel VALLS à Agen le 6 octobre dernier. L’établissement est effectivement idéalement situé pour la réinsertion des détenus (proximité des partenaires sociaux, de la gare, des agences d’intérim, praticité des transports en commun…). Et, il faut l’avouer, n’en déplaise aux élus et aux avocats, nous, personnels pénitentiaires, aimons beaucoup notre vieille maison d’arrêt avec sa vétusté et aimerions continuer à travailler dans celle-ci malgré l’ouverture d’un établissement neuf.

Le Bureau Local

Related posts