vendredi 30 octobre , 2020

13 jours en enfer… ou quand l’amateurisme prend le pas sur la probité et le professionnalisme

L’incompétence et le mépris total de la direction du C.D. de Villenauxe la Grande ont conduit notre collègue Benjamin à vivre un véritable enfer pendant 13 jours !

Au matin du jeudi 23 mai 2019, notre camarade a été placé en garde à vue pour remise d’objet illicite à un détenu.  Il avait reçu sa convocation 13 jours plus tôt. A la réception de celle-ci, il s’était aussitôt rendu à la Gendarmerie afin de savoir ce qui lui était reproché… Le gendarme lui a répondu qu’il le saurait lors de la G.A.V. en lui indiquant tout de même qu’il ne s’agissait pas de « Stupéfiants »…

N’étant pas plus éclairé et surtout de plus en plus inquiet, il se rend à l’établissement pour rencontrer la directrice. Cette dernière lui explique qu’elle ne peut pas lui divulguer les faits pour lesquels il allait être placé en G.A.V.,  mais qu’il ne fallait pas qu’il s’inquiète que les faits n’étaient pas trop graves…

Non mais sérieusement…! Une tape sur l’épaule et un t’inquiète mon grand ça va bien se passer…!!!

Notre collègue, dont l’attitude et la rigueur professionnelle ne sont plus à démontrer,  ne voit pas du tout ce qui pourrait remettre en cause sa Probité.  Ne comprenant rien de ce qui pouvait lui être reproché, il s’est retrouvé très rapidement dans un état psychologique alarmant (stress, anxiété, insomnie…).

Pendant ces 13 jours, son médecin lui a prescrit un arrêt de travail et l’a mis sous traitement anti-anxiolytique. Benjamin a néanmoins très vite plongé dans une spirale infernale. Il a écrit une lettre d’adieux à ses proches et a été à deux doigts de commettre l’irréparable…  Fort heureusement, un soutien indéfectible de ses collègues et l’amour de ses proches l’ont aidé à traverser cette épreuve…

Mais revenons à la  Garde A Vue …, qui ne s’est pas éternisée.Il lui était reproché d’avoir fait passer de la nourriture à un détenu…

Incroyable !!! La belle blague !!! Pour ça ?!?!

Dans le cadre de ses fonctions de surveillant vestiaire, Benjamin a reçu par le vaguemestre un colis alimentaire. Colis, qui comme l’exige le processus « paquetage arrivants »,a été fouillé avant la remise des effets autorisés au détenu fraîchement transféré.

A la vue des éléments donnés, l’OPJ  de la brigade de Gendarmerie appelle le parquet  qui fait lever la garde à vue.

13 jours en enfer pour avoir fait son travail…Honteux et surtout inacceptable !!!

Tout ça pour rien !!! Car si la Directrice connaissait le fonctionnement de sa structure jamais une telle situation n’aurait existé !!! Jamais Benjamin n’aurait eu à vivre cet enfer si elle lui avait simplement posé quelques questions au lieu de le jeter en pâture aux autorités judiciaires comme un vulgaire voyou!!!

L’Union Régionale UFAP UNSa Justice Grand Est condamne et dénonce l’incompétence de la directrice.

Cette dernière a totalement transgressé l’une de ses obligations en tant que chef d’établissement.

A savoir : PRESERVER L’INTEGRITE MORALE DE SES AGENTS !!!

Nous exigeons qu’une enquête soit diligentée par l’inspection. Il est inacceptable qu’un agent se retrouve en garde à vue simplement parce que sa hiérarchie n’a pas fait le boulot.

Au-delà des excuses qui devront être présentées à notre camarade,nous exigeons que les responsables de ce sketch guignolesque mais ô combien dramatique rendent des comptes.

Benjamin, sache que tu as déjà et auras le total soutien de l’UFAP UNSa Justice.

Les secrétaires généraux,

Related posts