mardi 15 octobre , 2019

Automutilation et chantage au SPIP de Metz

Le 31 Janvier 2019

Le 24 janvier 2019, un probationnaire s’est auto-mutilé les bras puis le ventre à l’accueil du SPIP en scandant « appelle quelqu’un »,  avec la ferme intention que l’adjointe administrative soit en première ligne et que son geste parfaitement visible et choquant.

Panique au SPIP, alarme défaillante, force de l’ordre présente plus de 45 minutes après l’appel….

Le pire a été évité grâce au sang-froid et au professionnalisme de l’agent à l’accueil mais aussi et uniquement grâce aux personnels présents à ce moment-là.

Une collègue CPIP a malheureusementété blessée à la main avec la lame de rasoir…

Désireux de ne pas en rester là…, cet usager est revenu l’après-midi même, recommençant ses menaces, son chantage….. Après 2h30 de palabres en compagnie de la Direction et d’une psychologue, celui-ci a obtenu gain de cause.

L’UFAP UNSa Justice s’interroge sur la sécurité dans les SPIP, les moyens d’alarmes et les procédures d’urgences en SPIP.

Que va-t-il se passer le jour oùquelqu’un s’en prendra aux personnels ?

Ce n’est pas aux adjoints administratifs des SPIP de jouer les agents de sécurité et d’occuper des postes de surveillants… !!!

Au passage, nous rappelons que les adjoints administratifs des SPIP  n’ont pas eu le droit de figurer dans le groupe 4 pour le RIFSEEP, soit disant que cette catégorie de personnels ne serait pas en contact avec un public difficile… La preuve que SI !!!

Les adjoints administratifs sont quotidiennement en CONTACT DIRECT avec les personnes convoquées en SPIP et ce sont ces mêmes agents qui doivent gérer les urgences mais aussi la salle d’attente.

L’UFAP UNSa Justice félicite l’ensemble du personnel pour son professionnalisme et son sang-froid au vu des évènements particuliers de cette journée.

L’UFAP UNSa Justice réclame la sécurisation des SPIP et rappelle que la sécurité est et reste notre priorité.

Le bureau local,

Related posts