ABUS DE POUVOIR ? EXCES DE ZELE ? OU ERREUR DE CASTING… – Le Havre CP

Ce jour au RDC CD1, le surveillant d’étage a été pris à parti, insulté et menacé de sanction par la gradé PCI.

En effet après avoir pris à partie toute l’équipe, les cataloguant de « BRANLEURS », l’agent a demandé au gradé de revoir ses propos dégradants et non justifiés.

La gradé PCI, prise de « galonite aigue », a bloqué la sortie du bureau, empêchant l’agent d’encadrer le mouvement promenade. Le bureau local UFAP, présent, demandera à la gradé d’ouvrir la porte, elle laissera sortir l’agent lui refermant la porte sur l’épaule et le provoquant en disant :

« C’est tout de même le comble pour un surveillant de se prendre une porte ! »

Toujours dans un excès de provocation, et bien décidée à poursuivre son harcèlement, elle suit l’agent sur le mouvement tout en continuant son esclandre en présence des détenus. L’intervention du bureau local UFAP sera nécessaire pour la faire sortir du bâtiment et le secrétaire local adjoint sera bousculé !

Les agents viennent travailler avec l’appréhension de se faire agresser par les voyous…Doivent-ils maintenant  craindre leur supérieurs ?

Malheureusement cette mascarade n’est pas isolée et l’UFAP UNSA JUSTICE, demande à la gradé PCI de se ressaisir immédiatement.

Ce genre de comportement inacceptable n’est pas digne d’un personnel censé encadrer et soutenir  les agents qui subissent quotidiennement la pression d’une population pénale de plus en plus vindicative.

Rousseau disait : « Rien n’est plus dangereux que l’autorité en des mains qui ne savent pas en faire usage ». 

Le bureau local

 

Related posts