lundi 14 octobre , 2019

Activité « découpe et distribution de chichon » en cours de promenade

Il est 10H30 ce matin lors de la promenade des détenus de la maison d’arrêt 2 de notre établissement quand une pluie de projections s’abat sur la cour.

Rien de neuf sur le CP Valence me direz-vous à juste titre, sauf qu’un détenu arrivé sur l’établissement dernièrement pour avoir tenté de s’évader avec arme à feu au CHU de Grenoble se croyant à la maison, a commencé la découpe avec un couteau en céramique et la distribution de la résine de cannabis sans même prendre la peine de se dissimuler.

La distribution a commencé et à l’aide des yoyos les cellules ont été approvisionnées en produits et objets interdits. L’alerte est donnée par le surveillant promenade et les détenus seront fouillés un à un….

Résultat de cette fouille :

  • 2 morceaux de résine de cannabis
  • Plusieurs armes artisanales avec des lames de rasoir

On reprend la main sur nos détentions ou on continue à laisser le trafic se développer sans lever le petit doigt?

L’UFAP UNSa justice pointe du doigt l’administration qui au lieu de se soucier de la sécurité des personnels ou encore de l’établissement préfère travailler à doter les détenus de tablettes, téléphones ou encore ordinateurs portables…

L’UFAP UNSa justice Valence tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme concernant les nombreuses projections sur notre établissement seuls des travaux sur l’infrastructure pourront à minima tenter d’endiguer ce fléau ! !

L’UFAP UNSa justice exige une fouille complète de notre établissement puisque nous pouvons constater que les armes artisanales et autres couteaux en céramique pullulent au sein de cette structure…

Quand un personnel aura pris un coup de couteau ou autre, il sera trop tard pour se dire qu’on aurait pu faire autrement, l’UFAP UNSa Justice elle, sait déjà ce qu’elle fera si un drame devait arriver du fait d’une direction plus préoccupée à maltraiter  les personnels qu’à appliquer à la population pénale ne serait ce qu’un début de régime un peu contraignant comme si on était en prison en fait.

Heureusement que les citoyens qui paient des impôts pour entretenir ce système ne savent pas de quoi il retourne réellement…

Pour l’UFAP UNSa Justice Valence Sylvain ROYERE

A Valence, le 22 juillet 2019

Related posts