AGEN AU FOND DU TROU

La Maison d’Arrêt d’Agen touche le fond malgré la DISPONIBILITÉ et la CONSCIENCE PROFESSIONNELLE du personnel.

On en est au point où les collègues postes fixes viennent renforcer la détention les week-ends, les jours fériés et les nuits.

LA SITUATION EST ALARMANTE

En effet, des postes ne sont plus couverts (parloirs familles, parloirs avocats…), la sécurité des personnels et de l’Établissement est sur le fil du rasoir.
Le mode dégradé (extractions, transferts, service de nuit…) devient récurrent et quotidien dans notre Établissement.

JUSQU’À QUAND ALLONS-NOUS SUBIR ?

– Rythme de travail insoutenable,
– Nuit à 3 agents au lieu de 4,
– Rappels téléphoniques pendant les DN,
– RH volatilisés,
– Heures supplémentaires imposées et non désirées,
– Formations refusées pour « nécessité de service »,
– Épuisement professionnel…Et pourtant, le personnel fait son JOB avec une vie familiale IMPACTÉE.

QUI S’EN SOUCIE ? LE Chef d’Établissement, LA Direction Interrégionale ?

L’UFAP-UNSa Justice, ne peut tolérer ce comportement.
L’UFAP-UNSa Justice, dénonce cette gestion calamiteuse.
L’UFAP-UNSa Justice, soutien les collègues.

« Les personnels sont là pour travailler mais en aucun cas subir le travail ».

Pour le Bureau Local
Christelle BAREL
Boualem LARIBI
Julien MANCINI

Related posts