mardi 09 juillet , 2019

Agression au Quartier Fermé

Jeudi 10 juillet, Un détenu connu pour son instabilité psychologique et sa dangerosité, se lacère les bras à l’aide d’une lame et exige de voir le médecin en urgence. Le surveillant en poste au quartier fermé lui demande juste de patienter le temps de joindre l’Unité Sanitaire mais la situation dégénère…

L’individu en décide autrement et bloque la porte de sa cellule avec le pied.

Fou de rage, il arrive à s’en extraire et assène un premier coup de poing au visage du surveillant qui dans un réflexe salvateur déclenche l’alarme. En représailles, il encaisse dans la foulée, un deuxième coup de poing au niveau des lèvres.

L’arrivée rapide des renforts permet de contenir l’énergumène, couvert de sang et muni d’une lame qu’il finit par introduire dans sa bouche.

Une fois de plus, la chance était au rendez-vous ; mais pour combien de temps encore ?

A noter que ce dingue n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il a tenté d’appliquer le même traitement le 06 mai dernier à un Personnel Administratif venu lui notifier de mauvaises nouvelles.

Pour l’UFAP/UNSA Justice, la coupe est pleine !!!

Avant un éventuel drame, nous exigeons que nos responsables appliquent les mesures qui s’imposent pour garantir la sécurité des agents placés sous leur autorité, et notamment de celles et ceux qui sont en première ligne. Notre organisation elle n’attendra plus. L’absence de caméras dans les étages, l’absence de grilles devant les kiosques, le travail en binôme,la présence de l’encadrement en détention, sont des points essentiels que l’UFAP/UNSA Justice revendique depuis des années et qui permettraient d’éviter ou de solutionner de nombreux incidents. L’insécurité à laquelle sont exposés quotidiennement les personnels est inacceptable et la balle est désormais dans le camp de la nouvelle direction.

L’UFAP/UNSA Justice tient à saluer le sang froid et le professionnalisme dont ont encore fait preuve les collègues.

L’UFAP/UNSA Justice exige qu’une sanction exemplaire soit prononcée en réponse aux actes de ce voyou et réclame son placement à l’isolement.

L’UFAP/UNSA Justice apporte tout son soutien et souhaite un prompt rétablissement à Benjamin nouvelle victime collatérale d’un système pénitentiaire à la dérive.

Montmédy le, 10 juillet 2014
Pour le bureau local UFAP/UNSA Justice
Le secrétaire F. VALENTIN 

Related posts