vendredi 30 octobre , 2020

ANNONCES DU PREMIER MINISTRE : LA DAP DOIT PRENDRE SA « PART »

Le 9 mai dernier, le Premier Ministre a présenté son Plan d’Action contre la Radicalisation et le Terrorisme (PART) : prévenir, détecter et combattre la radicalisation pour protéger les Français constituent les axes affichés par le gouvernement.

Parmi l’ensemble des mesures annoncées, certaines concernent directement l’Administration Pénitentiaire : renforcement de l’aumônerie musulmane, recrutement de personnels de surveillance et d’insertion-probation dans le cadre du PLAT, sécurisation des établissements pénitentiaires et refonte du renseignement afin de « doter l’administration pénitentiaire d’un service de renseignement de plein exercice » -Manuel VALLS.

Si l’UFAP-UNSa Justice ne peut que s’en réjouir, notre organisation espère que l’éléphant annoncé n’arrivera pas avec un pied cassé…

Tel sera le cas si la DAP reste sourde et myope face à notre doctrine du renseignement pénitentiaire présentée en 2015 et dont la maturation remonte à 2012.

Nier le réel n’aide pas !

Le service de renseignement est un outil d’anticipation et d’action. Il doit être organisé de façon simple et claire. Le millefeuille actuel composé de trois couches hiérarchiques différentes doit être abandonné au profit d’une structure unique. Il est urgent de créer un Office Central du Renseignement Pénitentiaire, placé sous l’autorité directe de la Directrice de l’AP ou de son Adjoint. Cet Office Central se déclinera en inter régions par des Services Interrégionaux de Renseignement Pénitentiaire et localement par des Brigades de Renseignement Pénitentiaire.

Cette structuration est LA condition pour permettre à la DAP de prendre sa place au sein du deuxième cercle de la communauté du renseignement. Le projet de doctrine de l’UFAP-UNSa Justice constitue LA solution pour muscler, de façon efficace, notre contribution au contre-terrorisme et à la lutte contre le crime organisé.

Pour être parfaitement performant, ce modèle d’organisation s’accompagnera du déploiement d’une application à vocation nationale dans l’objectif de faciliter le recueil et fluidifier la circulation des informations et d’en permettre l’évaluation et l’analyse. L’UFAP-UNSa Justice souhaite que la DAP privilégie la ressource interne pour en assurer le développement.

Sur la sécurisation des établissements pénitentiaires et des SPIP, l’UFAP-UNSa Justice rappelle que nos structures constituent des sites sensibles et des cibles de choix. Au-delà de directives claires dans le cadre du plan Vigipirate, la DAP doit être en mesure de prévenir l’accès de personnes cherchant à nuire à ses installations et/ou personnels.

Toutes ces annonces doivent s’accompagner de moyens budgétaires adaptés. L’UFAP-UNSa Justice s’interroge sur l’absence de crédit budgétaire pour l’Administration Pénitentiaire après la lecture du nouveau Plan de Lutte Anti-Terroriste diffusé sur le site du Ministère.

L’UFAP-UNSa Justice, une détermination à agir….

Paris, le 13 mai 2016

Pour l’UFAP-UNSa Justice

Le Secrétaire Général

Jean-François FORGET.

130516 – Annonces 1er Ministre

Related posts