APOCALYPSE – Tract UFAP Unsa Justice CPF RENNES

APOCALYPSE

 

A force de laxisme et d’attentisme. Les évenements graves qui se sont produits cette nuit, ont mis gravement la sécurité de nos collègues et celle de l’établissement en DANGER.

 

En effet,  deux energumènes signalées à maintes reprises auprès de la direction du fait de leur dangerosité avérée ont cette nuit, défoncé les portes de leur cellule pour se retrouver ensemble   et attendaient nos collègues de pied ferme dans la cellule de H  où elles s’étaient barricadées derrière la porte battante des sanitaires, le tout bloqué avec l’armoire. Devant la cellule , le sol était jonché de  farine, d’eau, d’huile, de morceaux de verre.

La détenue C ayant même suggéré d’utiliser la rallonge électrique pour électrocuter les collègues. Mais grâce à leur professionnalisme nos collègues ont pu éviter le pire.

 

Il a fallu que le directeur et le chef de détention se déplacent pour se rendre compte de l’ampleur de la situation, ainsi que l’intervention des ERIS pour mettre fin à l’incident, non sans mal,  et les mettre enfin au quartier disciplinaire, une première au CPF.

 

Ces deux détenues auraient dû être mises au quartier bien avant ce tragique incident qui aurait pu être plus grave de conséquences pour nos collègues.

 

Faut -il d’autres incidents encore plus graves pour voir ces deux détenues transferées disciplinairement, qu’attend le directeur pour mettre en avant le MA127.  Il est facile de se retrancher derrière la DAP. Il est  grand temps que le Directeur prenne ses responsabilités.

 

Le personnel est à bout, la mal être qui règne au CPF est de plus en plus grand. Nos collègues SOUFFRENT de ne pas être entendues et écoutées. Ce qui n’est pas le cas pour ces deux détenues qui sont reçues par le chef de détention et ont obtenu ce qu’elles voulaient.

 

L’UFAP/UNSA Justice ne tolèrera jamais une telle souffrance au travail pour des collègues qui font leur métier avec un très grand professionnalisme.

 

L’UFAP/UNSA Justice soutien nos collègues qui ont veçu une nuit d’enfer.

 

L’UFAP/UNSA Justice, une présence au quotidien.

 

                                                                                  Rennes le 12 décembre 2017

                                                                                  Le bureau local UFAP/UNSA Justice

Related posts