samedi 25 juin , 2022

ATTENTION DANGER !!!-Tract MA BREST

Après l’agression de l’un des nôtres vers 10h50 le 3 décembre 2020, le
chef d’établissement le convoque vers 18h00 pour faire le point avec
l’agent victime.
Après lecture de la vidéo surveillance, au lieu de le soutenir, il remet en cause le positionnement de l’agent lors de cette agression gratuite, insinuant au passage qu’il aurait provoqué en repoussant l’agresseur !!!
« Résultat un agent dépité, énervé et démotivé»


IL EST OÙ, LE SOUTIEN TANT ATTENDU DU CHEF D ETABLISSEMENT ?

L’agent n’a pas compris et doit vivre actuellement un grand moment de solitude et de désarroi….
Est-ce une maladresse de communication ?
Qui est l’agresseur ? La personne détenue.
Qui n’obtempère pas ? La personne détenue.
Qui donne un coup poing au visage du surveillant ? La personne détenue
Qui use de la légitime défense et tente de maitriser le forcené? Le surveillant.
Qui se retrouve en danger ? Le surveillant.


La seule sanction disciplinaire ne doit pas entraver ou minimiser la sanction pénale, c’est malheureusement souvent le cas, considérant qu’un retrait de CRP, légitime la décision du Parquet d’un classement sans suite.


Ne laissons pas banaliser la violence, la direction doit être en soutien et non dénigrer l’action du personnel de surveillance.
L’UFAP UNSa Justice apporte son soutien indéfectible au collègue.


L’UFAP UNSa Justice une présence au quotidien.

BREST, le 08 décembre 2020 Maison d’Arrêt de BREST

Related posts