mardi 09 juillet , 2019

AVANÇONS !

Il aura fallu deux semaines pour que le dialogue se noue entre les représentants du Personnel et l’administration afin de sortir de la crise à Condé sur Sarthe. L’UFAP UNSa Justice salue cette issue qui doit conduire à la reprise en main de cet établissement dans d’autres conditions de sécurité et par conséquent, une prise en charge plus sécuritaire de la population pénale. Il est temps de faire de cet établissement une véritable maison centrale hautement sécuritaire !

Cette évolution ne peut s’entendre sans, d’une part avoir une pensée pour nos deux Collègues meurtris dans leur chair à qui nous souhaitons un total rétablissement et d’autre part, être d’une extrême vigilance quant à la mise en œuvre des mesures qui ont été actées mardi lors des négociations entre les représentants du Personnel et le DAP.

Nombre des points actés concernent bien évidement la sécurité des Agents, mais aussi le fonctionnement au quotidien de cet établissement. Une large majorité de ces points se retrouvent dans le relevé de conclusions signé en janvier 2018. C’est aussi une des raisons pour laquelle l’UFAP UNSa Justice exige la mise en œuvre totale de ce relevé afin que ce virage sécuritaire tant attendu soit concret dans tous les établissements et pas uniquement à Condé.

La détermination de l’UFAP UNSa Justice et de ses militants reste sans faille !

Nous l’avons dit et écrit, il est hors de question d’attendre 14 mois de plus pour que ce relevé de conclusions soit traduit dans les faits et appliqué dans nos prisons !… Bien évidemment qu’il n’est pas non plus une fin en soi ; d’ailleurs à ce titre, nos propositions ne sont pas en reste, car il faudra forcément aller encore plus loin sur ce chemin qui doit constituer un véritable virage de fond et de forme sur la prise en charges des détenus et l’évolution de nos métiers.

Pour l’UFAP UNSa Justice, la sécurité des Personnels n’est et ne sera jamais négociable !…Que les choses soient dites et claires !…

Par conséquent, libre à chacun de penser et de faire ce qu’il veut, à chaque OS de revendiquer ce que bon lui semble, mais jamais au grand jamais nous ne fléchirons sur ce sujet !… C’est la raison pour laquelle il faut commencer par ne pas jouer ou diaboliser telle ou telle position ou revendication, au risque de renforcer la volonté de nos gouvernants à ne rien faire, ou plutôt, à faire tout le contraire de ce que le bon sens revendique !

C’est malheureusement ce qu’il se passe depuis un an au détriment du collectif de travail et au bénéfice du patronat !…

C’est pourquoi notre Organisation Syndicale a toujours fait le choix d’une action pragmatique avec toujours le même objectif : l’amélioration et la défense des conditions de travail des Personnels pénitentiaires.

Donc, en responsabilité et sans s’en cacher, l’UFAP UNSa Justice a toujours pris ces décisions et orientations au travers de son collectif.

Oui, nous avons fait le choix de maintenir le CAP de notre action exigeant la mise en œuvre du relevé de conclusions !

Oui, pour l’UFAP UNSa Justice, sa mise en œuvre aurait très certainement permis d’éviter ce qui s’est passé à Condé !

Malheureusement, cette triste actualité nous donne raison depuis 14 mois, n’en déplaise à nos détracteurs qui passent leur temps à taper sur l’UFAP UNSa Justice pour mieux se déresponsabiliser et se dédouaner de leurs propres engagements.

D’ailleurs les leviers d’action proposés par nos homologues syndicaux donnent raison à l’UFAP UNSa Justice dans ses orientations. Le choix du blocage de l’institution pénitentiaire n’a pas reçu l’assentiment unanime des Personnels.

L’UFAP UNSa Justice, quant à elle, continue le combat pour la mise en application immédiate du volet sécuritaire du relevé de 2018 ainsi que pour l’augmentation du pouvoir d’achat de l’ensemble des Personnels pénitentiaires.

En quittant le dernier CT AP, l’UFAP UNSa Justice a lancé le compte à rebours de l’application effective du volet sécuritaire du relevé de conclusions dans un délai contraint.

Notre Organisation Syndicale exige du DAP qu’il nous transmette un calendrier du déploiement sur le terrain de l’ensemble des mesures. A défaut, l’UFAP UNSa Justice prendra, comme elle l’a toujours fait, ses responsabilités.

LES SEULS RESPONSABLES DE L’INSECURITE DES PERSONNELS SONT BEL ET BIEN NOS DIRIGEANTS !…

Pantin, le 22 mars 2019

Pour l’UFAP UNSa Justice,

Le Secrétaire Général,

Jean-François Forget

Related posts