Bagarre « familiale » au Parloir – Epinal MA

Ce 30 Septembre, le parloir de la MA d’Epinal a été le théâtre d’incidents de la part d’excités, dignes d’un mauvais film de série B… 

Le matin, un détenu bien connu des services pénitentiaires de la région bénéficiait d’un parloir avec des membres de sa famille : sa mère accompagnée de 2 frères dont un mineur.

« Détail » qui a son importance : l’individu incarcéré est au QD depuis plus de 60 jours, est accompagné menotté pour tout mouvement par des agents en tenue « pare-coups » et refuse… toute autorité !

Mensonges et Violence !

Le détenu a prétexté à sa famille que les surveillants le maltraitaient… Un comble quand on sait qu’il est connu pour ses multiples agressions et ses refus quotidiens de réintégrer sa cellule.

L’un des frères s’est alors rapidement énervé et a cassé une des vitres du parloir d’un violent coup de poing ! Heureusement, l’équipe en tenue pare-coups était à proximité et se tenait prête à intervenir en cas d’incidents (une mesure qui s’est avérée nécessaire…).

L’équipe d’intervention, qui ne faisait que son travail, a été prise à parti et on peut saluer son professionnalisme car tous les individus ont été maîtrisés afin d’éviter que cela ne dégénère davantage…

Garde à vue et plainte

La Police est ensuite intervenue au niveau de la cour d’honneur de la maison d’arrêt où les deux frères ont été descendus. Ils ont été placés en garde a vue au commissariat d’Epinal avec dépôt de plainte de la part des surveillants ainsi que de la maison d’arrêt pour bris de prison…

L’UFAP/UNSa Justice tient à saluer le sang froid et la maîtrise dont ont fait preuve les agents face aux provocations et aux attaques dont ils ont été victimes. Ils ont évité que l’incident ne dégénère.

L’UFAP/UNSa Justice exige que des sanctions exemplaires soient prises envers les fauteurs de troubles. Il est inadmissible que ces derniers s’en prennent à des agents représentants de l’État.

L’UFAP/UNSa Justice exige que ce type de détenu réfractaire à toute forme d’autorité soit incarcéré dans des établissements spécialisés avec des moyens appropriés.

Les agents ne sont pas des défouloirs pour excités !

Le 1er Octobre 2015

Pour le bureau local

Alexandre LHOTE

 

      

Related posts